L' embauche est un investissement pour toute entreprise , c'est donc un coût qui oblige l'entreprise à bien gérer et à maîtriser son processus de recrutement.

Pour tout candidat, l'entretien d'embauche exige de connaître les astuces indispensables pour décrocher le poste.

Tout commence donc par le CV et si nécessaire la lettre de motivation. Dans le cas où votre CV et/ou votre lettre de motivation ont fait mouche et que vous êtes retenu pour l'entretien. L' enjeu pour vous est donc de convaincre le recruteur que vous êtes fait pour ce job.

Tout chef d'entreprises dans une PME ou une TPE le sait ou doit vraiment savoir utiliser les " Leviers de Croissance" pour doper la performance de l'entreprise.

Dans cette ère de l'économie mondialisée où la pression concurrentielle est de plus en plus forte , l'impératif acte de gestion d'un chef d'entreprise est de savoir utiliser les leviers de croissance pour assurer la rentabilité de l'entreprise et donc sa performance économique.

Les membres de l’Assemblée internationale de la Ballade des idées sont appelés à voter ce titre 1 du budget de l’Etat de la Loi de finances 2019 qui sera promulguée par Madame la Vice-Présidente de la République de l’Esprit.

Chers éminents membres de la BDI, ces dernières années et aujourd’hui encore, la lenteur de la réduction du déficit public place notre République dans une situation défavorable par rapport à ses partenaires.

C’est donc avec audace de l’imagination que j’ai l’honneur, chers éminents membres de la BDI, de vous soumettre ce titre 1 consacré au Budget de notre Etat, de ces Ressources et de ces charges de trésorerie.

Et, naturellement, je sollicite votre vote.

L’Afrique n’a pas besoin de révolution économique pour se développer. L’Afrique a besoin d’une évolution économique basée essentiellement sur les innovations endogènes.

Il s’agit de tirer profit des nombreuses analyses de l’histoire économique afin d’établir un lien entre les économies qui s’adapteront facilement à nos réalités sociologiques.

Les théories économiques classiques avaient fait de l’agent économique, l’animateur principal du développement en lui attribuant pour seul objectif la maximisation des gains : l’entreprise était née.

Or, l’économie présente des cycles qui sont soumis à des fluctuations et l’analyse la plus pertinente des cycles économiques et de ses fluctuations a été faite par un grand économiste au nom d’Alfred SCHUMPETER qui a introduit la notion de l’innovation en montrant qu’il est possible de créer de nouveaux outils d’analyse de l’histoire de l’économie afin de s’adapter à l’équilibre du marché.

De la théorie économique à la pratique économique, l’Afrique doit définir son animateur principal, non pas seulement en tant qu’agent économique mais en tant que « socio-entrepreneur ».

En effet, si l’on analyse notre histoire économique dans la mondialisation faite des opérateurs économiques, l’on s’aperçoit que nous n’avons en réalité que des agents économiques dont le seul objectif est de maximiser les gains et, cette course au profit immédiat dans des sociétés, comme les nôtres, où les règles de droit commercial ne sont pas rigoureusement appliquées, la corruption, la fraude fiscale, le blanchiment et donc des crimes et délits économiques demeurent récurrents.

Donc l’apport sociologique dans nos économies doit permettre l’émergence des entrepreneurs dotés d’un esprit managérial capable de gérer les personnes, des opérations de commercialisation et de production, des ressources financières. Ce sont là trois domaines de compétences indispensables pour promouvoir notre secteur privé.

Ce n’est donc pas des opérateurs économiques que l’Afrique a besoin mais des « socio-entrepreneurs ».

Des « socio-entrepreneurs » ou des entrepreneurs qui s’appuient sur la sociologie du pays pour développer l’activité économique à travers des processus de gestion basés sur des analyses endogènes plus proches de nos réalités sociologiques.

Cette évolution de l’économie ne saurait se faire par des agents économiques ne recherchant que le profit immédiat mais, par des entrepreneurs « rêveurs », des « socio-entrepreneurs ».

Le socio- entrepreneur est un décideur qui veut créer et prospérer. Ce qui compte pour lui ce n’est pas tant la richesse mais son territoire, son pays. Ce qu’il recherche, c’est de créer une très petite entreprise puis une petite et moyenne et entreprise mais surtout un grand groupe, un holding.

L’Afrique a besoin des entrepreneurs « rêveurs ».

# Audace de l’imagination #Par Verlin Richard BEKA BEKA #

Le Blog de VR2

  •  Verlin   Richard   BEKA BEKA

      RVBK   Conseil

  • Blog d'actualités et d'informations pour les auto entrepreneurs, pme, tpe : gestion RH, gestion financière, gestion opérations commerciales et de production.   rvbk.conseil@gmail.com