Hugh Masekela, géant du jazz sud-africain, s’est éteint

Musique
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Hugh Masekela est parti. C’est ce qu’a annoncé sa famille ce matin. L’an dernier, à 77 ans, il avait dû annuler ses concerts, pour se consacrer à la lutte contre le cancer qui l’avait attaqué. Lutteur, Masekela l’aura été sa vie durant. Et c’est tout autant son génie musical que son infatigable militantisme qui font de lui un géant. On retrace son parcours en quelques morceaux.

Dans les années 50, à Johannesbourg, il joue avec l’un des plus fameux groupes de jazz : les Jazz Epistles, où figuraient le pianiste Abdullah Ibrahim, et le saxophoniste Jonas Gwangwa. En 2016, les trois se réunissaient, 60 ans plus tard, lors des cérémonies commémorant le quarantième anniversaire des émeutes de Soweto.

Au début des années 60, il part pour étudier à Londres mais embarque assez vite pour les Etats-Unis, où il fréquente Miles Davis et Dizzy Gillespie. Harry Belafonte le prend sous son aile.

La comédie musicale King King, qui rend hommage à un boxeur noir, quitte l’Afrique du Sud pour partir en tournée internationale. Miriam Makeba est du voyage, elle y prend le rôle titre. Masekela y joue la trompette solo. Les deux stars sud-africaines se marient.

Pour lire la suite: http://pan-african-music.com