Le FMI somme le Congo-Brazzaville, mauvais élève d’Afrique centrale, d’ouvrir ses comptes

Economie
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

« Dette insoutenable » et faible lutte contre la corruption : le Fonds monétaire international (FMI) demande encore plus d’efforts et de transparence au Congo-Brazzaville avant de lui accorder un « arrangement financier » pour relancer son économie, plombée par la baisse des prix du pétrole. Telle est la conclusion, mercredi 20 décembre au soir, d’une mission du FMI en République du Congo, pays dont la mauvaise santé inquiète les experts en raison d’une possible contagion à la zone franc CFA d’Afrique centrale.

Le FMI a renvoyé à plus tard l’octroi d’une aide déjà consentie au Gabon et au Cameroun, malgré la détresse sociale d’une partie des 4,5 millions d’habitants de ce petit pays pétrolier connu pour le train de vie souvent luxurieux de ses dirigeants. Le Congo-Brazzaville est notamment visé par l’enquête française dite des « biens mal acquis ». Le FMI n’oublie pas que les autorités congolaises lui ont caché une partie de leur dette quand six pays d’Afrique centrale ont décidé d’ouvrir, il y a tout juste un an, des discussions bilatérales avec le Fonds.


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr