Total nie avoir aidé le Congo à tromper ses créanciers internationaux

Economie
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times
A la suite de l'article publié par le quotidien du soir Le Monde le 10 avril 2018 sur l'aide que le Congo aurait bénéficié de Total pour atteindre le statut de Pays Pauvre très Endetté (PPTE), Total a rendu public un communiqué dans lequel la compagnie nie d'avoir "contribué à aider la République du Congo à contourner la vigilance de ses créanciers internationaux".
 
Paris – Total est cité par le quotidien Le Monde dans une enquête publiée ce jour portant sur la société congolaise Likouala SA.
Dans ce cadre, Total tient à rappeler les faits suivants :
 
  • En 2003, la République du Congo sort d’une longue guerre civile et son économie souffre. Le pays a un besoin urgent de fonds. Il négocie avec le FMI et le Club de Paris, un groupe de créanciers publics dont le rôle est de trouver des solutions coordonnées et durables aux difficultés de paiement de pays endettés.
  • Dans ce contexte, dans le cadre d’un accord global signé en 2003, Total a transféré sa participation de 65% dans le champ pétrolier de Likouala à la République du Congo. 
  • La République du Congo a décidé de monétiser ses intérêts dans le champ de Likouala, en les cédant à la société Likouala SA et a demandé à Total de l’assister dans la mise en place de cette transaction avec des établissements financiers de la meilleure réputation. 
  • Le FMI a été tenu informé de l’opération par les autorités de la République du Congo, notamment par un courrier daté du 17 novembre 2004 qui en atteste. Ce document est public et disponible sur le site internet du FMI. Pour le consulter, cliquer ici
Total n’a donc pas contribué à aider la République du Congo à contourner la vigilance de ses créanciers internationaux
En République du Congo, comme dans l’ensemble des pays dans lesquels Total exerce ses activités, le Groupe agit dans le respect des réglementations locales et internationales applicables.