Maha Lee Cassy et Alain Kiyindou ont présenté la Plateforme Leecaki à la CCI de Bordeaux

Présentation de la Plateforme Leecaki le 29/01/2018 à la CCI de Bordeaux - Copyright Khad GB

TIC - Internet
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

C'est au cours d'un déjeuner d'affaire, organisé à la Chambre de Commerce et d'Industrie de Bordeaux le 29 janvier dernier, que Maha Lee Cassy et Alain Kiyindou ont présenté leur futur produit, LEECAKI, aux partenaires institutionnels, économiques et financiers.

Autour de la table se tenaient des entrepreneurs, des représentants des Chambres de Commerce et d'Industrie de Bordeaux et de Pointe-Noire, du gouvernement congolais et des élus locaux. ''On a identifié un besoin énorme au niveau du continent africain où nous avons des producteurs, des artistes ou des paysans qui n'arrivent pas à vendre ou à valoriser leurs productions. Ils n'arrivent pas à se faire connaître à l'étranger. Le but est de donner de la visibilité à ces acteurs méconnus mais talentueux'' explique Alain Kiyindou, l'un des concepteurs, pendant son exposé. La visibilité est donc au cœur du projet, car cette market place naissante est destinée à faciliter les échanges entre entreprises occidentales et africaines d'une part entre les acteurs africains d'autre part. ''Nous recevons toutes les entreprises. Il suffira aux entreprises et aux entrepreneurs qui ont un service à vendre de nous contacter et nous les mettrons sur la market place'' ajoute Maha Lee Cassy.

Une heure et demie fut nécessaire aux deux associés pour présenter leur futur bébé au public. La plate-forme met à disposition des entreprises un espace de présentation de produits et service, un dispositif de publication d'annonces, un outil de recherche de partenaires, un système de paiement en ligne adapté et une base de données clients. Le projet suscite aussi de l'enthousiasme auprès des potentiels partenaires présents dans la salle. ''Si on a fait le déplacement c'est que cet outil est important pour l'économie congolaise. Déjà, en interne, on a du mal à mettre ensemble des opérateurs économiques d'un point à l'autre, le déploiement d'un tel outil permettra d'abord de rapprocher les opérateurs économiques de notre pays'' souligne Sylvestre Didier Mavouenzela, le président de la Chambre consulaire de Pointe-Noire. Même son de cloche du côté du gouvernement congolais, ''c'est vaste projet qui va lier le commerce et le digital. On contribue à travers nos actions à réaliser le projet du président de la république le cadre d'un partenariat, le projet LEECAKI va permettre de pouvoir transporter, diffuser et distribuer des produits entre le Congo et l’extérieur, et entre les différentes zones du pays'' affirme Ludovique Mbossa, directrice de la coopération et de la formation au Ministère des postes, télécommunications et du développement numérique.

En effet, originaires du Congo, les deux concepteurs de la plate-forme ont choisi, bien évidemment, ce pays comme pays pilote du projet, ''on se positionne d'abord sur l'Afrique, le Congo notamment. L'outil permet de communiquer entre les vendeurs et les acheteurs. Le public a aussi besoin de savoir ce que nous faisons en Afrique'' ajoute Maha Lee Cassy.

''Je crois tout à fait à cette initiative numérique qui permettrait aux pays comme le Congo de développer dans un premier temps un marché local et dans un deuxième temps un marché local'' renchérit Robert Dulery, président de MédEx.

Le continent africain est le théâtre d'un vrai foisonnement dans le domaine du numérique, ce qui suscite un intérêt réel pour toute initiative allant dans ce sens.

Pour Olivier Labbé, directeur général de Cap DC, spécialisé dans le Data professionnel,''je crois beaucoup au numérique africain. Il y a énormément de croissance dans ce domaine. Demain, c'est l'Afrique qui va innover'', tandis que pour Lassina Diabaté du Réseau Premium, LEECAKI est ''un projet très novateur qui permettra à l'Afrique de se doter d'une arme. Une arme d'échanges qui permettra à nos experts dans tout domaine de développer leur business''. La valorisation du continent est un aspect non négligeable auquel tient beaucoup non seulement les concepteurs mais aussi les élus d'origine africaine comme Nancy Traoré, élue de la ville du Bouscat et Présidente du Collectif des Femmes Élues des Diasporas Africaines (CFEDA), ''je suis optimiste et je sais que l'Afrique avance. Cette initiative va encore revaloriser l'Afrique et les jeunes entrepreneurs africains''.

La plate-forme LEECAKI sera opérationnelle dans trois mois et, ''au-delà de la rencontre qu'elle favorise, LEECAKI se positionne aussi comme un tiers de confiance'' dixit les concepteurs, sera un outil accessible sur mobile.