Rapport 2017 sur la sécurité informatique en Afrique: le continent a perdu environ 3,5 milliards USD

TIC - Internet
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

L'Afrique sub-saharienne pourrait bien être le prochain épicentre mondial des attaques informatiques contre les installations gouvernementales, les entreprises privées et les citoyens, en raison notamment de la faiblesse des protections en place contre ce type d'attaques, a annoncé un rapport publié mardi à Nairobi.

Le Rapport 2017 sur la sécurité informatique en Afrique, réalisé par Serianu, une entreprise de conseil basée à Nairobi, a révélé que le continent avait perdu environ 3,5 milliards de dollars américains l'an dernier suite à l'augmentation de la criminalité informatique de haut niveau.

Le rapport, qui a suivi quelque 700 institutions privées et publiques dans dix pays africains, a confirmé que l'augmentation marquée des attaques informatiques sur le continent représentait une nouvelle menace pour la sécurité, la croissance et la stabilité de l'Afrique.

"La menace que représentent les attaques informatiques est désormais bien installée en Afrique, mais les gouvernements et le secteur privé n'ont pas encore investi dans des défense appropriées pour en limiter la propagation", a déclaré William Makatiani, PDG de Serianu.

"A la lumière de l'évolution rapide des menaces informatiques, la sécurité des données informatiques doit devenir une priorité pour les institutions publiques et privées", a-t-il ajouté.