CONGO-BRAZZA. Médias: PSTV, un diffuseur pirate pris la main dans le sac

Capture d'écran du flagrant délit de piratage par PSTV -

High-Tech
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Des matchs des grands championnats européens proposés aux abonnés congolais, voilà la supercherie à laquelle s'est livrée depuis quelques temps l'opérateur PSTV installé au Congo. Le pot au rose a été découvert le 31 janvier dernier, lors de la diffusion du match de coupe de la ligue anglaise de football entre Aston Villa et Sheffield United. Quelques minutes après le début de la 2e mi-temps, les abonnés congolais de PSTV ont vu s'afficher un message les avertissant de la piraterie par l'opérateur des contenus diffusés par BeIN Sports. « Vous regardez BeIN Sports illégalement via PSTV au Congo », pouvait-on lire  sur les écrans des abonnés congolais de PSTV. Embarassée, la chaîne n'a pas encore communiquée sur ce flagrant délit de piratage.

Lire aussi: CONGO-MEDIAS. PSTV a porté plainte contre Thierry Moungalla

Depuis quelques mois, PSTV a maille à partir avec les autorités congolaises. La chaîne a esté en justice le ministère de la communication de Thierry Moungalla, qui l'empêcherait de s'installer dans de meilleures conditions au Congo. Or, d'après nos informations, PSTV qui bénéficie de fonds d'investisseurs libanais a pu mettre les pieds au Congo grâce au soutien de Philippe Mvouo le président du Conseil Supérieur de la Liberté de Communication, le gendarme des médias congolais. Signe de ce soutien selon de nombreux observateurs, c'est la clémence dont bénéficie PSTV alors que ses pratiques de piratage ont été signalés au Conseil Supérieur de la Liberté de Communication. 

Il faut reconnaître que depuis plusieurs années, les diffuseurs légaux se dotent de moyens techniques pour détecter les piratages de leurs contenus. Le flagrant délit réussi par Be In Sports au Congo contre PSTV est une victoire non négligeable pour les producteurs de contenus légaux.