Lors du conseil des Ministres du 7 octobre 2019, le gouvernement a présenté son projet de loi portant loi de finances 2020.Ce projet de loi de finances 2020 a été élaboré sur la base d’un taux de croissance de 2,8 % du PIB en baisse par rapport au taux de crois sance 2019 estimé à 4% du PIB. Ce taux de 2, 8% du PIB montre toute la prudence de la politique budgétaire du pays compte tenu des incertitudes qui pèsent sur la croissance mondiale.

Et, dans ce projet de loi de finances 2020, l’on note aussi la persistance du déficit primaire hors pétrole bien qu’en baisse. Il passerait de -24,8% en 2019 à - 21,6% du PIB en 2020.

Le premier constat qu’on peut faire de ce déficit primaire est que le gouvernement ne fait pas d’efforts pour désendetter le pays.

Depuis le 22 février 2019, des millions d'Algériens sont sortis dans la rue, dans toutes les villes du pays, pour dire non au 5ème mandat du président Bouteflika. Défiant le pouvoir, la peur et tous les pronostics, ils marchent pour dire non à l’humiliation que leur inflige un président malade et dans l’incapacité d’exercer pleinement ses fonctions. Ils marchent pour recouvrer leur dignité bafouée depuis de trop nombreuses années, par un système politique immuable et inamovible.

En Algérie et partout dans le monde, le peuple algérien s’est enfin réveillé de la torpeur dans laquelle l’avait plongé la décennie sanglante des années 90. La ferveur populaire qui s’exprime depuis, dans les rues d’Alger, Oran, Annaba, Ouargla, Bejaïa, Batna… et Paris nous interpelle, nous militants de la démocratie et de l’émancipation des peuples, par son ampleur et sa détermination. Cette clameur populaire, portée par une jeunesse pleine de vitalité, ne peut nous laisser indifférents.

Nous, démocrates, saluons la grande sagesse et la responsabilité de ce mouvement spontané et pacifique qui crie son ras-le-bol de la corruption, d’un Etat prédateur qui sacrifie sa jeunesse et son peuple aux intérêts de quelques-uns.

Nous, démocrates de tous horizons, appelons à soutenir le peuple algérien dans sa lutte pour la dignité et la liberté.

Ce mouvement est profond dans ses revendications et historique par son ampleur. Il doit trouver un débouché politique afin de rendre au peuple algérien toute sa souveraineté. Nous, démocrates, épris d’égalité et de justice, appelons à une véritable transition démocratique et pacifique en Algérie afin que les Algériens reprennent leur destin en main et puissent se construire un avenir commun.

Le succès de cette transition passera par la mise en place d’une instance de dialogue transparente et démocratique qui associera toutes les composantes de la société algérienne. Des évolutions constitutionnelles seront nécessaires pour permettre l’émergence d’un véritable Etat de droit, condition sine qua non pour rétablir la confiance entre le peuple et ses représentants.
Nous, militants de la démocratie et de l’émancipation des peuples, croyons à une Algérie forte et stable qui prendrait toute sa place dans les espaces méditerranéen, maghrébin et africain, tout en étant ouverte sur le monde. Nous croyons en l’émergence d’une région riche de son histoire et de sa jeunesse, dans laquelle chacun pourra s’épanouir et vivre en paix.

Le moment est venu de bâtir, ensemble, une Algérie nouvelle qui nous permettra de concrétiser le rêve de ceux qui ont sacrifié leur vie pour faire exister cette nation.


Premiers signataires : Zorah Ait Maten (69), Lounes Adjroud (92), Achoura Azizi-Bouziani (94), Hamza Charifi (75), Samira Brahmia (91), Karime Djermani (63), Nathalie De Oliveira (57), Sofiane Ghozlane (77), Saliha Guedja (13), Akli Mellouli (94), Hanifa Guermiti (57), Jalel Loussaief (57), Faïza Menaï (94), Cyr Makosso (57), Nathalie Katende (75), Baku Nzola (Johannesburg), Selima Saadi (57), Ergün Toparslan (54), Nadia Salem (75), Brice Razafintsalama (57), Naïma Yahi (78), Arezki Saouli (75), Chinez Ziadi-Ndiaye (54), Ahmed Zidna (75)

Pour signer la contribution, merci d'envoyer votre accord sur : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Le « Buakia ku Mayombe » veut dire le soleil s’est levé dans le Mayombe dans l’ethnie yombé en République du Congo. Ce concept incarnait un modèle de cohésion sociale. Son but était de jeter les bases d’un développement communautaire du peuple yombé. Mais de nos jours c’est un triste constat, en 34 ans le « Buakia ku Mayombe » n’a pas décollé, c’est devenu un symbole des espoirs perdu.

En effet, ce concept « Buakia ku Mayombe » apparaît pour la première fois, le 14 juillet 1985 à la Cathédrale Saint Pierre Apôtre. Ce jour-là, les catholiques sont venus de tous les coins du diocèse de Pointe noire, assister aux ordinations sacerdotales de trois prêtes. Et parmi les nouveaux prêtes, il y avait un fils du Mayombe, l’abbé Eustache NDOUNGUI. Ce jour-là, le Mayombe avait donné le top. Ils ont chanté et dansé au rythme de la victoire. Le « Buakia ku Mayombe » était l’expression de la libération d’un peuple. Le Mayombe a désormais un prête, il peut commencer à écrire son histoire. L’histoire liée à la colonisation, à l’église et les premiers baptisés et enfin à la construction du chemin de fer qui passe par là. Le Mayombe veut aussi devenir le carrefour de la culture des ressortissants de : MPounga, Bilala, Mvouti, Les saras…etc. La date du 14 juillet 1985 marquait alors le lancement d’un projet de grande envergure. Les cadres et autres ressortissants du Mayombe étaient unanimes à dire que le moment était venu pour parler enfin de :

  • L’affirmation des yombé dans le processus de développement rural
  • L’émancipation des yombé dans l’éducation et le travail

Bref, l’ordination de l’abbé Eustache NDOUNGUI a fait rêver, elle a favorisé une piste de réflexion sur la relation entre les yombé et l’église du Mayombe. Dans cette région forestière, il y a des bâtisses et autres monuments à faire découvrir au monde. Il faut donc avancer et ne pas perdre du temps disaient-ils ce jour-là. Bilan : en 34 ans, le « Buakia ku Mayombe » était plus un rêve d’enfant, loin d’être une réalité concrète. Est-ce un manque de volanté politique ou simplement la mauvaise foi des cadres du Mayombe ?

Le « Buakia ku Mayombe », un projet culturel et pédagogique


Notre démarche consiste à rédiger un nouveau projet à la fois culturel et pédagogique en partant des éléments qui fondent le « Buakia ku Mayombe » dans sa version originale. Il s’agit notamment d’asseoir un travail en interdisciplinarité qui regroupe : Historiens, sociologues, théologiens, enseignants, chercheurs, guides touristiques, documentalistes…etc. Ces acteurs vont mener des recherches Sur les traces du premier missionnaire, père fondateur de l’église du Mayombe. A savoir : quand et comment a-t-il pénétré ce pays forestier. Quel chemin a-t-il suivi, dans quel village a-t-il célébré sa première messe. Qui étaient les premiers baptisés, quels sont les points et autres signes qui marquent son passage, quand est-il mort, où fut il enterré. Dans ce travail, la cartographie est indispensable et les itinéraires doivent être précis. Le périmètre de cette étude se limite entre le Mayombe Nord et le Mayombe sud. L’objectif est d’implanter un circuit spirituel et touristique dans le Mayombe afin d’organiser un pèlerinage annuel.

Ce type de projet existe déjà dans la Moselle, en France


Sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle, l’apôtre de Jésus Christ. Cette année, les élèves de la providence de Bouzonville, dans la Moselle ont vécu l’expérience du pèlerinage en empruntant une partie de la route qui mène à saint jacques de Compostelle. Cette route va de l’Allemagne jusqu’à Compostelle en Espagne en passant par la Moselle en France. Sur cette route se trouve le couvent des sœurs de la providence de Peltre à Metz. Un lieux à la fois historique et symbolique car c’est là où est enterré le fondateur de la congrégation qui est à l’origine des écoles de la providence. A travers cette démarche, les élèves sont retournés aux sources de la spiritualité de leur école. De la même manière, la route de la foi à travers le pays du Mayombe permettrait aux pèlerins de redécouvrir les sources de leur église locale. Le projet étant définit, nous sollicitons le concours des responsables du diocèse de Pointe Noire et bien des cadres du domaine de la gestion de projet dans le but de réfléchir sur la faisabilité de cette étude. Nous souhaitons également voir les résultats de cette étude être vulgarisés au niveau des laboratoires de recherche et dans les institutions de promotion de la culture.

Guy MABOUNDA


Au moment où plus dun observateur de la politique africaine saccorde à dire que la présidence de Kagame à la tête de lUnion africaine a été un modèle de bonne gouvernance, mêlant autorité et vision à long terme, grâce à un vaste programme de réformes, le 32ème sommet ouvre la voie à un renouveau de lordre politique, économique et socioculturel pour les 1,2 milliard dhabitants du continent africain.

La mise en œuvre de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) sera, à n’en point douter, le projet qui retiendra lattention des décideurs africains, compte tenu du fait que ce dossier, véritable outil d’intégration économique, devrait changer la réalité de 75% de la population africaine qui vit en dessous du seuil de pauvreté.

Ainsi, les Chefs dEtat africains comme Paul Kagame (Rwanda), Denis Sassou NGuesso (Congo-Brazzaville), Cyril Ramaphosa (Afrique du Sud) pour ne citer que les trois, ressentent le besoin de changer le mode de fonctionnement de lappareil de lUnion africaine. Les différentes réformes engagées ont donc eu pour objectif de moderniser lUnion africaine et de renforcer sa souveraineté politique.

Si le principal enjeu du 32ème sommet a été le passage de témoin entre Paul Kagame et le Président égyptien Abdel Fattah Al Sissi, le nouveau Président de lUnion africaine a déjà fait savoir que son action sorganisera autour de la consolidation du programme de réformes, le développement économique et social, l'intégration économique, la paix et la sécurité.

 

Le leadership panafricain de Denis Sassou NGuesso.

Il en a été question en marge du sommet, avec la déclaration faite Denis Sassou NGuesso, Président du Haut Comité sur la Libye. Le Chef dEtat congolais a émis son avis sur la lancinante question de paix en Libye, pays déstabilisé et dévasté par la guerre des milices et le manque de dialogue entre les différents protagonistes de ce pays qui vit ses heures les plus sombres de son histoire, depuis lassassinat en 2011 de son Guide, Mohammar Kadhafi.

«La crise libyenne demeure préoccupante et se caractérise par la résurgence des violences et de l’instabilité. Il apparaît clairement que la consolidation des progrès accomplis passe par une véritable cessation des hostilités et la fin effective des affrontements. Cette étape ne peut prospérer que grâce à l’adhésion déterminée des acteurs au processus en cours.

Au-delà des questions de leadership et des enjeux de pouvoir, il sagit au préalable de reconstruire un environnement de confiance. Celui-ci ne peut se réinstaurer que par un dialogue ouvert à toutes les sensibilités libyennes, parties prenantes à cette crise. Cest la position de lUnion Africaine que nous portons», a clamé, haut, le Président congolais.

Cette délicate situation libyenne ne nous fait pas perdre de vue celle de la République Démocratique du Congo qui, avec son nouveau Président, Antoine Félix Tshisekedi Tshilombo, fait renaître lespoir dune paix durable dans les sous-régions dAfrique centrale et dAfrique australe, tant il est vrai que l’élection présidentielle en RDC sest passée dans le calme et sans effusion de sang. En tant que Président en exercice de la Conférence internationale sur la région des lacs (CIRGL), Denis Sassou NGuesso avait fait de la paix en RDC, un préalable.

 

lix Tshisekedi incarnerait-il le renouveau africain?

A la grande satisfaction de tous, les élections en RDC se sont déroulées dans le calme et les acteurs politiques congolais nont pas fait de la contestation des résultats des élections, un motif de déstabilisation de leur pays.

Le Président du parti dopposition UDPS a été porté à la magistrature suprême et son élection a été confirmée par la Cour suprême. L’évolution positive de la situation post-électorale en RDC a conféré une certaine auréole au nouveau Président, Antoine Félix Thisekedi Tshilombo, dont la présence au 32ème sommet de lUnion africaine à Addis-Abeba, en Ethiopie, nest pas passée inaperçue, dans la mesure où celui-ci a même bénéficié de lonction de ses homologues qui lont choisi comme Vice-Président de lUnion africain.

 

C’est certainement le grand retour, sur la scène africaine, du pays-continent, la RDC. Car nombre de stratèges de la politique africaine estiment que le nouveau Président congolais «incarne le renouveau de lAfrique» et son pays devrait très vite reprendre sa place à l’échelle continentale, même si beaucoup reste encore à faire en matière de paix, de stabilité économique et dexploitation des minerais et mines souvent qualifiés de minerais de sang.

En effet, malgré la forte présence des casques bleus (plus 23.000), la RDC demeure le pays le plus touché par les attaques armées des milices, mettant à mal l’intégrité de limmense territoire de 2,6 millions de mètres-carrés.

«Il nest donc plus acceptable que le Congo mon pays puisse être indéfiniment victime de la convoitise des étrangers à cause de ses immenses ressources naturelles. Les guerres meurtrières que nous avons vécues devraient interpeller lAfrique et la conscience africaine afin de ne plus sponsoriser toutes tentatives susceptibles de faire revivre au peuple congolais, les mêmes atrocités que nous ne cessons de décrier, depuis plus de 20 ans», s’est indigné le Président Tshisekedi, à la tribune de lUnion africaine.

 

En prenant loption de construire un Etat de droit, de renforcer la politique de bon voisinage et le règlement pacifique des différends, de neutraliser la nébuleuse des groupes armés qui massacrent et sèment mort et désolation dans certaines contrées du pays, tout particulièrement à Beni et autres, le nouveau Président de la RDC sest donné les chances de réussite de son mandat de 5 ans.

Avant de senvoler pour Addis-Abeba, il a réalisé une importante tournée sous-régionale (Kenya, Angola et Congo-Brazzaville) qui lui a permis dexpliquer à ses pairs, la situation politique de son pays, après son élection et consolider les liens de fraternité ces pays. «L’idée que je me fait de lAfrique passe par la consolidation des liens entre nos États, il me fallait donc venir ici à Brazzaville rencontrer le Président Dénis Sassou NGuesso», lançait il à quelques heures de son départ en Éthiopie.

 

Où va donc lUnion africaine face aux enjeux de développement qui suscitent tant despoir à ces nouveaux Chefs d’Etat, élus fraîchement, dans le  continent, notamment Félix Tshissekedi en RDC et Andre Rajoelina de Madagascar?

Pour faire propre, le nouveau Président en exercice de lUnion africaine, lEgyptien Abdel Fattah Al-Sissi, entend imprimer un rythme en rapport avec les réformes déjà engagées par son prédécesseur Paul Kagame.

Déjà l’entrée en vigueur de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) adoptée par les Chefs d’Etat à Kigali, le 21 mars 2018, et instituant un marché unique de plus de 1,2 milliards dhabitants, constitue lun des axes majeurs de la nouvelle politique africaine quentend mener le nouveau Président en exercice de lUnion africaine, lEgyptien Fattah Al-Sissi. Une priorité qui na pas manqué d’enthousiasmer le commissaire pour le Commerce et l’industrie à l’UA, le Zambien Albert M. Muchanga.

 

A bien voir, cette initiative louable devrait bouleverser positivement l’évolution de lAfrique. Pour nombre dobservateurs de lAfrique et de son évolution, cest sans doute le lancement de cette initiative visionnaire qui définira le mieux, pour la postérité, l’année de la présidence du Paul Kagame à la tête de lUnion africaine.

Si dun côté, M. Guterres,  le Secrétaire général de lONU, a salué l’exemplarité de lAfrique en matière d’accueil des réfugiés, le thème même du sommet, il nen demeure pas moins que lavenir de ce continent africain intéresse au plus haut niveau certaines personnalités mondiales très illustres.

Les déclarations à la tribune de lUnion africaine des personnalités comme le milliardaire et philanthrope américain Bill Gates, le Président de l’autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, le Secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed Abdoul Gheit, le Président de la Fifa, Gianni Infantino, illustrent à juste titre, la volonté de faire réellement de lAfrique, le continent d’avenir.

Plus d'articles...