Congo-Brazza: des élèves du collège Nganga Edouard victimes de crises "d'hystérie" après la visite de la ministre Destinée Doukaga

Marche improvisée des élèves de Nganga Edouard ce 24/10/2018 - Image DR

Afrique
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Ce sont des scènes à peine croyables auxquelles les populations de Brazzaville ont assisté dans la journée du 24 octobre. Mme Destinée Doukaga, ministre de la jeunesse et de l'éducation civique a initié dans la matinée sa caravane de sensibilisation des jeunes aux antivaleurs. Celle-ci a commencé au lycée du 1er mai avant de se terminer brutalement au CEG Nganga Edouard.

 

"Ministre Ndoki" (ministre sorcière)

La caravane de Destinée Doukaga avait mal commencé à en croire Les Dépêches de Brazzaville, quotidien proche du pouvoir. "Au lycée technique commercial 1er-mai où elle (Mme Destinée Doukaga ndlr) est passée plus tôt, des désagréments ont été constatés parmi quelques élèves qui ont invoqué des maux de tête et un rougissement d’yeux". Ce phénomène encore inexpliqué va connaître une tournure dramatique lorsque la ministre est arrivée au Collège Nganga Edouard. Selon les témoignages concordants, c'est après le départ de la délégation ministérielle que les premiers cas de syncopes ont été constatés. "Dès que la ministre est partie, des élèves tombaient comme des mouches, et c'était la panique générale" explique un témoin à Ziana TV. "Plusieurs élèves, en majorité des filles sont tombées, d'autres étaient en transe, on ne comprenait pas. Les pompiers sont venus les chercher et nous avons emmener d'autres élèves à pieds au CHU (qui est à proximité du collège)" ajoute-t-il. Dans la foulée, des élèves ont improvisé une marche avec une pancarte sur laquelle on pouvait lire "ministre Ndoki" en lingala qui signifie (ministre sorcière).

En milieu d'après-midi le directeur du CHU a fait un point sur la situation. "42 élèves ont été reçus, nous les avons installé dans le service des maladies infectieuses, c'est là où nous avions de la place. Ils ont tous été traités. Nous ne déplorons pas de morts, ni au Collège, ni ici à l'hôpital. Une bonne partie de ces enfants a rejoint leurs familles" a t-il expliqué à Gildas Mayela de Télé Congo.

 

Pratiques occultes et franc maçonnerie

Alors que le corps médical n'a toujours pas posé un diagnostic sur l'origine de ces crises constatées à Nganga Edouard, les spéculations vont bon train dans les rues de Brazzaville et sur les réseaux sociaux. Si les parents des victimes n'ont pas osés s'exprimer, d'autres citoyens ne se privent pas de penser que ces crises sont dues à des pratiques occultes de la part du pouvoir. "Destinée Doukaga qui s'est fait appelée "Petit Sassou" est en fait une grande sorcière. Elle a agit comme son maître" tranche un habitué des arcanes du pouvoir. Les réseaux sociaux se sont aussi saisis de cette affaire "sans explications rationnelles".  "Doukaga est jeune certes mais une jeunesse donnée en sacrifice. Ce qui revient à dire qu'elle passerait plutôt pour un faire part qu'une vraie commanditaire de la saloperie du CEG Nganga Édouard. L'affaire est systémique. Après donc les enfants de Moukondo, les disparus du Beach, les explosés de Mpila, les massacrés de Chacona voici les sacrifiés de Nganga Édouard. Mais fin de fin, nous sommes inéluctablement de vivre les derniers soubresauts d'un régime éminemment mortifère qui se crève nécessairement," écrit Dieudonné NGoma .

Pour sa part, le ministère de l'enseignement secondaire a publié dans la soirée un communiqué dans lequel il parle d'une "hystérie collective" qui a gagné certains "apprenants" de Nganga Edouard. M. Mbou Maba, directeur de cabinet du ministre de l'enseignement a expliqué au JT de Télécongo que les élèves ont fait une crise d'hypoglycémie 'n'ayant pas mangé de la journée"

Sign up via our free email subscription service to receive notifications when new information is available.