Crise de carburant à Brazzaville : le super manque

Brazzaville, des foules devant une satation. Image DR

Afrique
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Depuis quelques jours, Brazzaville, la capitale, est touchée par une pénurie de carburant. L'essence super est en effet rare dans la ville, depuis le début de cette semaine. Le gasoil y est disponible, mais pas le super.
Les pénuries de carburant sont récurrentes dans la capitale, même si ces derniers mois on a eu un grand répit. En effet, avec un peu de patience, on retrouve toujours une situation normale.


Mais, depuis le début de cette semaine, de longues files de voitures, particulièrement les taxis, attendent en vain devant les stations services. Les livraisons sont annoncées mais sans cesse repoussées. Officiellement, les raisons de cette dernière pénurie ne sont pas données.


La vie est déjà rendue pénible pour beaucoup, avec les délestages d'électricité, en raison des travaux d'entretien de la Centrale à gaz du Congo, à Pointe-Noire, qui a une capacité de production d'électricité de 300 mégawatts grâce à ses deux turbines.
La pénurie de carburant et les suspensions momentanées de transfert de fonds à partir du Congo viennent multiplier les difficultés quotidiennes, dans un contexte déjà déprimant de crise économique qui affecte le pays depuis trois ans.


Le Congo qui, finalement, aurait souhaité sortir de la crise économique en évitant la pillule amère du FMI, ne rêve qu'à la remontée des prix du pétrole, pour rembourser les dettes des traders et relancer son économie. Pour cela, les prévisions les plus optimistes donne 2019 comme la dernière année de difficultés, avant de retrouver l'embellie. Mais, comment éviter l'incontournable FMI dont la prochaine mission à Brazzaville est annoncée pour la mi-novembre ?


La CEMAC a donné une sommation bien diplomatique au Congo et à la Guinée Équatoriale, de signer avec le FMI, pour mettre la sous-région à l'abri d'une dévaluation du Franc CFA. Les deux pays exportateurs de pétrole sont aussi priés de rapatrier à la banque centrale, les fonds issus de la vente du pétrole et de cesser avec les pratiques consistant à les placer dans des paradis fiscaux.
Bref, la marche vers la bonne gouvernance incluant la lutte contre la corruption est irréversible, pour soulager les populations des difficultés quotidiennes dues à la crise économique.

Sign up via our free email subscription service to receive notifications when new information is available.