EXCLUSIF. Procès Okombi Salissa: Ali Bongo Ondimba cité à comparaître devant la cour criminelle du Congo-Brazzaville

De gauche à droite: Ali Bongo et André Okombi Salissa

Afrique
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Ouvert le 17 janvier  puis reporté au 31 janvier 2019 après une demie-heure d'audience, le procès Okombi promet de belles surprises. Dans un document daté du 16 janvier dont s'est procuré Ziana TV, les avocats d'André Okombi Salissa demandent la comparution du président gabonais Ali Bongo Ondimba et de Mesmin Pamphile Okieri, officier à la sécurité extérieure de la présidence gabonaise.

Atteinte à la sûreté de l'Etat en complicité Libreville

Après deux ans d'instruction, les charges retenues contre André Okombi Salissa s'allègent. "La détention illégale d'armes et de munitions de guerre" ne figure plus dans l'acte d'accusation officielle publiée par le procureur Général André Oko Ngakala, contre le prévenu Okombi Salissa. Cet abandon de charges selon certaines indiscrétions est dû au fait que le pouvoir voulait éviter un déballage public sur les armes distribuées par DSN lors de la guerre civile de 1997, André Okombi Salissa tenant le front dit 400. Désormais, l'ancien ministre de DSN est poursuivi pour "atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat".

D'après des informations obtenues de sources concordantes proches de l'instruction, l'accusation d'atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat repose sur des notes des services des renseignements qui pointent des complicités que bénéficieraient André Okombi Salissa à Libreville. "Les services ont pu établir que M. Okombi Salissa bénéficie de complicités en haut lieu au Gabon pour organiser un coup de force au Congo", explique une source proche de l'instruction. Les noms de Ali Bongo Ondimba et Mesmin Panphile Okieri figurent dans le dossier d'instruction comme complices prétendus. "Ali Bongo assurait le financement de ce projet, et Mesmin Pamphile Okieri, l'exécution du projet", évoque un officier de la PJ.

 

Report du procès et habileté de la défense

Le procès Okombi qui a été reporté au 31 janvier 2019 après une ouverture chaotique ce 17 janvier se tiendra t-il dans des conditions sereines? Outre la mauvaise préparation de l'Etat, le report de ce procès demandé et obtenu facilement par le Parquet Général est un signe que Libreville entend peser pour ne pas continuer à ternir l'image du président Ali Bongo malade et en convalescence au Maroc. Si les autorités congolaises sont convaincues que Libreville a comploté avec Okombi Salissa pour renverser le pouvoir de DSN, elles se gardent bien d'alimenter une campagne de "complotiste" contre ABO lors de ce procès.

Les avocats d'André Okombi Salissa ont adressé au Procureur Général, la veille de l'ouverture du procès soit le 16 janvier 2016, une lettre dans laquelle ils notifient au Parquet  "les noms des personnes dont l'audition et la comparution sont nécessaires quant à l'issue de cette procédure... Il s'agit du président de la République du Gabon, Ali Ben Bongo Ondimbaet M. Okieri Pamphile Mesmin, militaire au grade de commandant en activité de service à la sécurité extérieure à la présidence de la République Gabonaise", peut-on lire.

Reçue au Parquet le 16 janvier dans la journée, cette lettre dans laquelle les avocats d'André Okombi Salissa demandent  que le Parquet entende Ali Bongo et Pamphile Okieri a sans doute surpris le Parquet Général qui veut épargner le pays d'une crise diplomatique avec le Gabon.

Rappelons que Jean-Marie Michel Mokoko qui a été jugé et condamné à 20 ans de Prison pour atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat avait aussi été accusé de préparer un coup d'Etat à partir du Gabon avec des mercenaires français.