TRIBUNE. Pour une Algérie libre et démocratique... Une Algérie debout !

Afrique
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Depuis le 22 février 2019, des millions d'Algériens sont sortis dans la rue, dans toutes les villes du pays, pour dire non au 5ème mandat du président Bouteflika. Défiant le pouvoir, la peur et tous les pronostics, ils marchent pour dire non à l’humiliation que leur inflige un président malade et dans l’incapacité d’exercer pleinement ses fonctions. Ils marchent pour recouvrer leur dignité bafouée depuis de trop nombreuses années, par un système politique immuable et inamovible.

En Algérie et partout dans le monde, le peuple algérien s’est enfin réveillé de la torpeur dans laquelle l’avait plongé la décennie sanglante des années 90. La ferveur populaire qui s’exprime depuis, dans les rues d’Alger, Oran, Annaba, Ouargla, Bejaïa, Batna… et Paris nous interpelle, nous militants de la démocratie et de l’émancipation des peuples, par son ampleur et sa détermination. Cette clameur populaire, portée par une jeunesse pleine de vitalité, ne peut nous laisser indifférents.

Nous, démocrates, saluons la grande sagesse et la responsabilité de ce mouvement spontané et pacifique qui crie son ras-le-bol de la corruption, d’un Etat prédateur qui sacrifie sa jeunesse et son peuple aux intérêts de quelques-uns.

Nous, démocrates de tous horizons, appelons à soutenir le peuple algérien dans sa lutte pour la dignité et la liberté.

Ce mouvement est profond dans ses revendications et historique par son ampleur. Il doit trouver un débouché politique afin de rendre au peuple algérien toute sa souveraineté. Nous, démocrates, épris d’égalité et de justice, appelons à une véritable transition démocratique et pacifique en Algérie afin que les Algériens reprennent leur destin en main et puissent se construire un avenir commun.

Le succès de cette transition passera par la mise en place d’une instance de dialogue transparente et démocratique qui associera toutes les composantes de la société algérienne. Des évolutions constitutionnelles seront nécessaires pour permettre l’émergence d’un véritable Etat de droit, condition sine qua non pour rétablir la confiance entre le peuple et ses représentants.
Nous, militants de la démocratie et de l’émancipation des peuples, croyons à une Algérie forte et stable qui prendrait toute sa place dans les espaces méditerranéen, maghrébin et africain, tout en étant ouverte sur le monde. Nous croyons en l’émergence d’une région riche de son histoire et de sa jeunesse, dans laquelle chacun pourra s’épanouir et vivre en paix.

Le moment est venu de bâtir, ensemble, une Algérie nouvelle qui nous permettra de concrétiser le rêve de ceux qui ont sacrifié leur vie pour faire exister cette nation.


Premiers signataires : Zorah Ait Maten (69), Lounes Adjroud (92), Achoura Azizi-Bouziani (94), Hamza Charifi (75), Samira Brahmia (91), Karime Djermani (63), Nathalie De Oliveira (57), Sofiane Ghozlane (77), Saliha Guedja (13), Akli Mellouli (94), Hanifa Guermiti (57), Jalel Loussaief (57), Faïza Menaï (94), Cyr Makosso (57), Nathalie Katende (75), Baku Nzola (Johannesburg), Selima Saadi (57), Ergün Toparslan (54), Nadia Salem (75), Brice Razafintsalama (57), Naïma Yahi (78), Arezki Saouli (75), Chinez Ziadi-Ndiaye (54), Ahmed Zidna (75)

Pour signer la contribution, merci d'envoyer votre accord sur : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.