De gauche à Droite: Gabriel Mwènè Okoundji et Emmanuel Dongala

Dans une lettre ouverte, les écrivains Emmanuel Dongala et Gabriel Mwènè Okoundji interpellent le président Denis Sassou-Nguesso.

Monsieur le Président,

Nous n’avons pas l’habitude de l’invective. L’accusation gratuite et le plaisir de la polémique ne sont pas dans notre cœur. Aussi permettez-nous de vous interpeller solennellement au sujet de ce drame, survenu dans la nuit du 22 au 23 juillet, qui a profondément endeuillé la nation congolaise.

Au cours de cette nuit, treize jeunes incarcérés la veille dans les cellules disciplinaires du commissariat de police Chacona, dans le sixième arrondissement de Brazzaville – donc sous protection policière –, ont mystérieusement trouvé la mort. Les familles, dans leur malheur, ainsi que le peuple congolais tout entier, ignorent à ce jour les circonstances exactes de l’arrestation de ces jeunes et les raisons qui ont causé ces décès.

Lire aussi :   Congo-Brazzaville : le gouvernement reconnaît la mort de 13 jeunes dans un commissariat

Que dit du Congo ce drame qui se produit dans l’enceinte même du commissariat d’un pays souverain censé être un Etat de droit ? Une si terrible situation ne peut laisser indifférent aucun être qui se reconnaît homme. Et c’est avant tout en notre qualité de citoyens congolais que nous vous interpellons au sujet de la mort de ces enfants, nos fils.

Un silence dangereux

Nous vous écrivons, Monsieur le Président, pour vous dire que depuis quelques semaines déjà nous sommes dans l’attente légitime d’un acte de votre part, une adresse à la nation sur ce sujet, qui dirait la part de vérité attendue au niveau de la présidence de la République sur ce qui s’est réellement passé. Existe-t-il un procès-verbal de ces arrestations ? Y a-t-il eu tortures et actes de barbarie dans l’enceinte de ce commissariat ? Des commissions d’enquête ont-elles été diligentées en toute indépendance ? A quel niveau ? Pour quelles conclusions ?

Le Congo est terre des hommes et, comme vous le savez, la jeunesse est notre matière première la plus précieuse. Par conséquent, votre silence face à ce drame soulève l’interrogation ; il devient dangereux pour la nation. Regardez donc et entendez-les, écoutez ces jeunes et leurs familles désarmées face au silence assourdissant de leur Etat !

Pour lire l'intégralité de la Lettre Ouverte, cliquez sur le lien: 

« Le Congo attend la vérité sur la mort de treize jeunes dans un commissariat »

Clément MOUAMBA, premier ministre. - Image DR

"Où sont les reformes M. le Premier Ministre", lance Elvis Digne Okombi Tsalissan, député de Ngo, fervent soutien de DSN; "vous avez peur de vous attaquer à la corruption", assène Pascal Tsaty Mabiala, désigné Chef de file de l'opposition par le gouvernement congolais. Ce 3 août à Brazzaville, Clément Mouamba, premier ministre aux allures débonnaires a été secoué au parlement lors des questions au gouvernement.

La peur

La séance des questions au gouvernement qui s'est déroulée au parlement de Brazzaville le 3 août, avait pris des allures de règlement de compte entre certains parlementaires et le premier ministre. Le premier a monté au créneau fut Pascal Tsaty Mabiala. Le premier secrétaire de l'UPADS a troqué sa casquette d'opposant du pouvoir qui l'a désigné chef de file avec de nombreux avantages, contre une verve digne d'un opposant au pouvoir. Tasty Mabiala a reproché à Clément Mouamba sa passivité dans la lutte contre la corruption, si hère à DSN. "Vous avez peur de vous attaquer à la corruption réellement, et vous tourner autour du pot..., il s'agit de Christel Sassou Nguesso, vous semblez l'ignorer... dans ces conditions vous pourriez être accusé de complicité de détournement des deniers publics... parce que vous refusez de jouer votre rôle de premier ministre" et vlan dans le bec.

Voir la vidéo de la déclaration de Pascal Tsaty Mabiala:

 https://www.youtube.com/watch?v=CjpBIClVN9c

 

Marketeur du FMI

Après la sortie peu diplomatique de Pascal Tsaty Mabial, c'est le député Elvis Okombi, président de l'UMP, parti classé au centre mais soutenant DSN qui est monté au créneau, pour inviter Clément Mouamba à sortir de sa torpeur et à engager les reformes nécessaires pour sortir le pays de la crise. "Aujourd'hui vous êtes devenu l'agent marketeur du FMI... La marche ver le développement du président , c'est 5 ans et une éternité..., M. Le premier ministre, mais prenez à bras le corps les problèmes, où sont les reformes, où se trouve la lutte contre la corruption, on a besoin de réponses aujourd'hui... il faut que vous arriviez à bousculer les codes, si vous ne le faites pas, ne vous attendez pas à des miracles... Nous sommes en train de perdre du temps, engagez les reformes..."a asséné le député de Ngo devant Clément Mouamba visiblement assommé.

Voir la déclaration du député Okombi Tsalissan:

https://www.facebook.com/233599884094938/videos/272028426918750/

 

Fin de l'état de grâce

Ces deux sorties signent une rupture par rapport à l'état de grâce qu'ont toujours bénéficié Clément Mouamba et son  gouvernement. Alors que le pays peine à conclure un accord de financement avec le FMI, l'impatience se lit désormais du côté des soutiens de DSN. "Alors qu'il est là depuis 2016, ce gouvernement n'a engagé aucune reforme pour sortir le pays de la crise. Il peine à signer avec le FMI, pourquoi devrait-on continuer à garder une telle équipe" nous a déclaré un élu de la majorité. "Le casting de Mouamba nous  a permis de contenir les frustrations des sudistes, maintenant il est temps qu'il parte, car il n'a pas d'énergie pour conduire la marche vers le développement. Mouamba va plomber le projet de société du président et nous allons passer 5 ans pour rien. Si nous ne faisons pas attention, il va  nous conduire dans la Marche vers le sous-développement" ajoute un membre de la majorité parlementaire. "Pour nous, camarades du PCT Bordeaux France, pensions que, il est vraiment urgent de mettre la pression au gouvernement actuel de travailler d'arrache pied pour mettre efficacement en route, le projet du président de la République: LA MARCHE VERS LE DÉVELOPPEMENT" écrivent sur leur profil Facebook les membres du comité PCT à Bordeaux ( France).

Des villages rasés et des champs vides attendent les déplacés du département du Pool au Congo-Brazzaville

"La vie doit être reconstruite" au Pool
La jungle a pénétré dans des champs non labourés. Il s'est glissé sur des maisons au toit de chaume, transformées en ruines; et il s'est étendu sur des routes vides autrefois utilisées pour transporter des bananes, des haricots, du manioc à partir d'une région connue depuis longtemps comme la corbeille à pain du Congo-Brazzaville.
Pendant près de deux ans, les combattants de la milice et les soldats qui tenaient des dizaines de postes de contrôle étaient les seuls signes de vie dans la région du Pool du Congo, à 50 kilomètres à l'ouest de la capitale, Brazzaville.
Maintenant, certaines des 108 000 personnes qui ont fui leurs villages au cours du conflit de 2016-17 entre l'armée congolaise et les rebelles "Ninja" rentrent chez elles suite à un accord de paix signé en décembre.

Mais avec les maisons et les villages détruits par l'armée, les écoles et les centres de santé sans personnel, et craignant un retour du conflit, de nombreux résidents du Pool ont choisi de rester déplacés ou sont retournés à la pauvreté et à la misère.

Yvonne Massembo, 70 ans, a fui sa maison dans une ville appelée Goma Tsé Tsé pendant le conflit. Alors que la vie en tant que personne déplacée dans le sud de Brazzaville a été difficile, la mère de cinq enfants, qui vit toujours dans la capitale, a déclaré que le retour dans son village rendrait la vie encore plus difficile.
Pendant le conflit, sa petite maison de paillote s'est effondrée après le vol du toit. L'équipement de son hôpital local a été pillé. La pirogue qu'elle avait l'habitude de traverser la rivière Djoué et d'atteindre sa ferme a été détruite.
"Si je retourne, qu'est-ce que je vais manger?" Dit-elle.

Troubles politiques, vies bouleversées
En décembre dernier, IRIN a été la première organisation de presse internationale à accéder à la région du Pool en 20 mois, pour documenter les crimes commis contre les civils par l'armée congolaise et les rebelles ninjas.
La partie sud du pays a été bouclée alors que les combats faisaient rage dans un conflit qui a éclaté peu de temps après les élections présidentielles de mars 2016, dans lesquelles Denis Sassou Nguesso a conservé un poste qu'il a occupé tous les cinq ans depuis 1979.

Maintenant, la vie revient lentement. Le Programme alimentaire mondial estime que dans certains districts, tels que Kimba, presque tous les résidents déplacés sont revenus. Mis à part le chagrin de vivre loin de la maison, le prix des aliments de base comme le manioc et le riz a augmenté de façon spectaculaire pendant le conflit l'année dernière et pousse beaucoup à revenir dans leurs champs.
L'accès humanitaire s'est également amélioré, en particulier dans le nord du Pool, où les villages étaient auparavant coupés par les militaires.
"Nous avons été en mesure de faire des distributions [alimentaires] et des évaluations dans des endroits que nous ne pouvions pas atteindre auparavant", a déclaré Jean-Martin Bauer, directeur du Programme alimentaire mondial au Congo-Brazzaville. Alain-Robert Moukouri, secrétaire général de Caritas Congo, une ONG qui fournit une aide humanitaire dans la région du Pool, a déclaré que les Ninjas ont maintenant enlevé leurs points de contrôle et que l'armée a cessé de harceler les gens pour de l'argent. Les entreprises dans les villes qui étaient depuis longtemps inaccessibles fonctionnent maintenant.


Villages bombardés, maisons incendiées
Mais recommencer une nouvelle vie s'avère difficile dans les villages qui ont été gravement endommagés pendant le conflit. Dans un village appelé Soumouna, où le gouvernement soupçonnait les Ninjas, 86 structures ont été détruites entre fin février et mai 2016, selon des images satellites obtenues par IRIN. Cette période coïncide avec les attaques de l'armée.
Les données satellitaires montrent que des maisons ont également été détruites à Kindamba Gouéri, Mayama et Malengo, tandis que des parties de villages ont été incendiées par des troupes au sol, selon de multiples interviews menées par IRIN à Pool en décembre dernier. Un travailleur humanitaire basé dans la région a qualifié la campagne de l'armée de "terre brûlée". "Il n'y a plus rien", a déclaré Massembo de Goma Tsé Tsé, expliquant pourquoi elle ne peut pas revenir. "Toutes les maisons ont été brûlées."


Les personnes déplacées retournent également à la pénurie. Pendant le conflit, les champs sont devenus dangereux, ce qui a fait manquer deux saisons de plantation. Aujourd'hui, de nombreux villageois sont incapables de se nourrir.
L'ONU a dépensé 13 millions de dollars pour aider les personnes déplacées avec de la nourriture, de l'argent et des biens de première nécessité. Bauer du PAM a déclaré que son équipe a atteint "un nombre important de personnes".
Mais les besoins restent vastes. Bauer a récemment rencontré une femme dans un centre de santé près de la capitale, Brazzaville, qui était retournée dans son village de Pool mais est partie peu de temps après parce qu'elle ne trouvait pas de nourriture. "Quand elle est revenue, elle a dit qu'il n'y avait rien là", a expliqué Bauer. "Son enfant est devenu mal nourri, alors elle a dû revenir à Brazzaville."


Le manque d'installations de base dans les villages aggrave le problème. La plupart des centres de santé ont été fermés pendant le conflit. La moitié des écoles primaires de la région du Pool ont été fermées et 65 ont été complètement détruites, selon l'ONU. Dans les districts comme Vindza, toutes les écoles sont fermées.
"La vie doit être reconstruite", a déclaré Bauer.


Paix et promesses
Les accords de paix antérieurs entre les Ninjas et le gouvernement ont également échoué, jetant le doute sur la durée du cessez-le-feu.
Dans l'accord de décembre, les Ninjas ont accepté de démobiliser, de démanteler leurs postes de contrôle et de rendre leurs armes. En échange, le gouvernement a promis la «libre circulation» du dirigeant des Ninja, Frédéric Bintsamou, plus connu sous le nom de pasteur Ntumi, ce qui signifie qu'il ne serait pas arrêté.
Alors qu'aucun affrontement n'a eu lieu depuis décembre, Ntumi se cache toujours dans les forêts de Pool, et beaucoup de ses combattants n'ont pas abandonné leurs armes.
Un porte-parole de Ninja, qui a demandé à ne pas être identifié, a déclaré que Ntumi craint qu'un mandat d'arrêt ne lui reste sur la tête. La demande d'IRIN de parler directement avec lui a été refusée.

"Il n'y a pas de liberté de mouvement" comme promis dans l'accord de paix, a déclaré le porte-parole, car "jusqu'à présent, beaucoup de ceux qui ont été arrêtés sont toujours en prison".
Le porte-parole des Ninjas a ajouté que les populations locales sont sceptiques sur le fait que la paix a été atteinte, "parce qu'il y a des militaires dans les villages".
"Il y a plus de soldats dans les villages que de locaux", a-t-il dit. Cette perception, at-il ajouté, empêche les gens de revenir.
Bauer a confirmé que dans certains cas, seuls les hommes sont revenus pour s'occuper de leurs cultures, laissant leurs familles dans des endroits plus sûrs.


La répression continue
Plutôt que de chercher une véritable fin au conflit, la motivation de Sassou Nguesso à signer l'accord a été influencée par des facteurs économiques, a déclaré Brett Carter, professeur adjoint à l'Université de Californie du Sud.
L'un des plus grands producteurs de pétrole de la région, le Congo-Brazzaville a été durement touché par la baisse des prix du brut mondial. L'accablante dette publique et les salaires impayés et les retraites des fonctionnaires ont forcé le président à demander un renflouement au Fonds monétaire international.

Mais les pourparlers avec le FMI ont traîné, les activités militaires à Pool sapant "les prétentions de Sassou Nguesso à la transparence et à la bonne gouvernance, que le FMI a reconnu à juste titre douteuses de toute façon", a déclaré Carter.
Depuis qu'il a changé la constitution pour lui permettre de rester au pouvoir, Sassou Nguesso a également fait face à une opposition croissante à son pouvoir. Stalwarts de son parti travailliste congolais au pouvoir (PCT), dont Charles Zacharie Bowao et Andre Okombi Salissa, se sont retournés contre lui. Même son propre fils, Denis-Christel, a suggéré qu'il pourrait s'opposer à son père aux élections prévues pour 2021.

En réponse à ces menaces, Sassou Nguesso s'est tourné vers le «mode autoritaire à grande échelle», a déclaré Fonteh Akum, chercheur principal à l'Institut d'études de sécurité de Pretoria. En mai, Jean-Marie Michel Mokoko, un ancien général de l'armée qui s'est opposé à Sassou Nguesso lors des élections présidentielles de 2016, a été condamné à 20 ans de prison pour "atteinte à la sécurité intérieure de l'Etat". Okombi Salissa, quant à lui, devrait être jugé pour les mêmes accusations ce mois-ci.

Ne sachant pas à qui faire confiance, Sassou Nguesso risque de rester méfiant vis-à-vis de la région du Pool qui représente, selon Akum, «l'espace d'où pourrait provenir une contestation militaire contre le gouvernement de Sassou Nguesso».
Plutôt qu'un accord de paix "artificiel", ce qui est nécessaire, a déclaré Akum, est une commission de vérité qui peut établir les causes profondes de la dernière vague de violence dans la région du Pool et ses conséquences pour les civils.
"Ces faits seraient en mesure de créer une sorte de compréhension pour qui est tenu responsable et qui doit payer des réparations pour les crimes commis", a déclaré Akum.

Pour l'instant, les résidents de Pool ont reçu peu de fermeture ou d'aide du gouvernement.
"Je n'ai pas d'abri et mon village a été ravagé", a déclaré un 69-ans vivant actuellement à Brazzaville, qui a donné son nom en tant que Makoudou. Il a dit que sa maison, dans un village près de Vindza, avait été partiellement détruite par des bombes pendant le conflit, et que les outils dont il avait besoin pour travailler avaient été pris.
"C'est ce qui m'empêche de revenir", a-t-il déclaré.


Par : 
- Philip Kleinfeld, Journaliste indépendant et collaborateur d'IRIN
- Emmanuel Freudenthal, Journaliste indépendant et collaborateur régulier d'IRIN

Après la rafle des militants du Mouvement Ras Le Bol le 7 mai dernier à Pointe-Noire par la police congolaise, 19 d'entre eux viennent d'être libérés dans la capitale économique. Cependant que les trois Leaders du Mouvement Ras Le Bol à Pointe-Noire, Julphat Banga Franck Badiata et Van Kibamba sont toujours détenus à la DGST.

Du côté de Brazzaville, le coordonnateur Franck Nzila,  Luce Gangoué et Dady Sentso Tsayi sont toujours détenus à la Maison d'arrêt de Brazzaville, en dépit des appels à leur libération lancés par les organisations internationales ."Tout le monde doit être libéré,  Ils n'ont commis aucun crime!" soutient-on chez Ras Le Bol

Véhicules de la Police près du commissariat de Chacona à Mpila "image OCDH)

D'après des informations de sources concordantes, entre 5 et 14 jeunes détenus dans le commissariat de Chacona dans le quartier de Mpila dans la partie nord de Brazzaville ont été retrouvés morts dans leur cellule. D'après certains témoins, ils seraient morts par étouffement. Cette information rendue publique en fin de matinée, n'a pas encore été commentée par les autorités congolaises.

D'après certains leaders de l'opposition, on compte parmi les victimes, des jeunes soupçonnés d'être des partisans farouches de l'opposition, et des soutiens du Général Ngatsé Nianga Mbouala, ancien commandant de la garde présidentielle accusé d'avoir pr&éparé un coup d'état contre DSN.

Cette tragédie du commissariat de Chacona, vient une fois de plus mettre la lumière sur les conditions inhumaines de détention dans les geôles de Brazzaville, longtemps dénoncés par les ONG. De son côté, l'Observatoire Congolais des Droits de l'Homme (OCDH) exige "une enquête administrative et judiciaire crédibles" pour ces jeunes morts dans des "circonstances troubles". Pour l'ONG, "Toute personne concernée directement ou indirectement peut nous contacter au 05 533 07 63 pour une éventuelle assistance", peut-on lire sur sa page Facebook.

Le général Mokoko, condamné à 20 ans de prison le 11 mai dernier à Brazzaville est désormais dédouané par son principal accusateur, Tony Moudilou. Lui aussi devrait être à la barre aux côtés de J3M, mais il a fait le choix nous dit-il de ne "pas se rendre à Brazzaville prendre part à son procès pour atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat".

Tony Gilbert Moudiloun condamné à 20 ans de prison par contumace, court désormais les médias parisiens pour dire sa part de vérité dans le procès "truqué" de Mokoko. "Le gouvernement m'a envoyé le billet pour que je sois le 7 mai à Brazzaville à l'ouverture du procès. Ce jour là, le général Jean François Ndenguet a envoyé des hommes pour venir m'attendre à l'aéroport, ils devaient m'escorter jusqu'à mon hôtel et assurer ma garde. Constatant que je n'avais pas pris le vol prévu, le ministre la justice Ange Bininga m'a appelé pour me dire que j'étais attendu et que ma peine serait aménagée si je témoignais contre le Génral Mokoko..." a déclaré Tony Moudilou à Ziana TV.

Cette sortie de celui que nombreux partisans de Mokoko appellent le "traître de la République" a surpris les observateurs de la vie politique congolaise. Désormais Tony Moudilou veut parler et accuse le gouvernement de lui mettre la pression afin de porter un faux témoignage contre Mokoko. "Je n'irais pas à Brazzaville pour aller charger le général Mokoko" a t-il expliqué à Cyr Makosso. "Qu'ils viennent me chercher ici" a t-il ajouté.

Soulignons que Tony Moudilou ainsi que 6 autres accusés aux côté s de J3M ont été condamnés à 20 ans de prison ferme par la cour d'appel de Brazzaville.

Jugé depuis le 7 mai 2018 à Brazzaville pour "Atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat; détention d'armes et de munitions de guerre; troubles à l'ordre public" Jean- Marie Michel Mokoko a opté pour la stratégie du silence. "Je ne répondrais plus à vos questions" avait -il lancé à Christian Oba dès le premier jour de l'audience. Depuis, lé général Mokoko, ancien candidat à la présidence congolaise se terre dans un silence de cimetière. Il n'en sort que pour parler à ses avocats ou pour rappeler au président de cette cour criminelle qu'il ne dérogerait pas à la règle du silence.

Au 2e jour de son procès, le général Mokoko est sorti de son silence dans un lettre de deux pages adressée aux congolais et à l'opinion internationale. "Ce n'est pas à la justice que j'ai affaire mais à l'arbitraire..." lance ce lui que les congolais appellent J3M. Il décrit les différentes manipulations orchestrées par le pouvoir de Brazzaville pour attendre à son honneur et son intégrité. "Il ne me reste que mon honneur dont je n'ai pas l'intention d'en faire offrande à ce régime visiblement d'un autre âge..." écrit J3M. L'homme termine sa lettre en invitant les congolais à l'espérance. "Il ne faut par conséquent continuer à espérer car rien n'est perdu contrairement aux apparences".

 

Plus d'articles...

Sign up via our free email subscription service to receive notifications when new information is available.