Extrait de l'arrêté de nommination des memebres de la commission paritaire.

Les accords de paix signés à Kinkala entre le gouvernement et le Pasteur Ntumi au mois de décembre 2017, connaissent une avancée car le gouvernement congolais a rendu public le 12 février un arrêté du ministre de l'intérieur Zéphyrin Mboulou  portant sur la liste des membres de la commission paritaire qui devrait plancher dans les jours qui suivent pour rendre effectives les différentes résolutions des deux parties.

Cette commission avait rendu ses premiers travaux le mois dernier au premier ministre lors d'une cérémonie officielle. Si ces travaux n'ont pas encore été rendus publics, il sied de souligner que les deux parties peine à trouver un terrain d'entente quant au sort personnel du Pasteur Ntumi.

Commission machiste

En analysant cette liste, on constate que la part belle est faite aux hommes. Si la commission est paritaire, 'est -à-dire qu'elle respecte une représentation égale des deux parties, force est de constater que les femmes y sont quasi absente. Sur 34 membres, seule une femme y figure et plus en dernière position (Mme Christine Balandakana). Cela est quand même surprenant dans un pays qui se dit moderne, de mettre à l'écart les femmes dans la résolution de cette crise du Pool alors qu'elle sont les principales victimes (viols, exactions, meurtres...). 

Le président congolais (RD) Joseph Kabila Kanambe est sorti indemne d'un accident de la route impliquant son cortège à Lusaka en Zambie où il est en visite officielle depuis le samedi 17 février. D'après la presse locale, un camion léger a percuté la voiture dans laquelle se trouvaient le président Kabila et le ministre zambien des Affaires étrangères, Joe Malinji, alors qu'elle circulait sur une route près de la capitale, Lusaka.

Les deux hommes politiques sont sortis indemnes de l'accrochage, ont précisé les journaux 'Zambian Oberver' et 'Lusaka Times', qui ont publié des photos de plusieurs véhicules endommagés tout en indiquant que personne n'avait perdu la vie dans l'accident.

Paulin Makaya àla rencontre du juge . Photo datée du 08/02/2018. Images: DR

Paulin Makaya président de l'UPC parti de l'opposition détenu à la Maison d'Arrêt de Brazzaville a rencontré ce jeudi 8 février le doyen des juges, M. Ngombo. Cette rencontre a fait l'objet de spéculations sur les réseaux sociaux. Alors qu'il a purgé sa peine depuis décembre 2017, Paulin Makaya reste en détention, à la surprise générale.

D'après nos informations, le président de l'UPC a été conduit auprès du doyen des juges afin de signifier son accord ou non pour la visite des autorités consulaires britanniques. Paulin Makaya bénéficie de la double nationalité congolaise et britannique. Jusqu'à ce jour il n'a pu bénéficier de la protection consulaire britannique, les autorités judiciaires congolaises n'étant pas assez disposées à ouvrir l'univers carcéral aux diplomates étrangers.  La dernière tentative de visite du consul de Grande Bretagne a tourné au fiasco. Paulin Makaya ayant donné son accord, il a rejoint sa cellule à la Maison d'Arrêt et il recevra les diplomates anglais dans les jours qui suivront.

A lire aussi: Affaire Paulin Makaya: ses proches dénoncent le refus de visite opposé au Consul de Grande Bretagne

 

Général Norbert Dabira, - Image: DR

Le général Norbert Dabira a été déféré mardi 6 Février 2018 à la maison d'arrêt centrale de Brazzaville. Selon des informations concordantes, il occuperait l'ancienne cellule du colonel Marcel Ntsourou, décédé dans de circonstances troubles alors qu'il purgeait sa peine. L'ancien haut commissaire à la réinsertion des ex-combattants était en détention à la DGST depuis le 11 janvier 2018. Il est accusé d'avoir voulu préparer un coup d'état contre Denis Sassou Nguesso en complicité avec le Général Nianga Mbouala, limogé de la présidence congolaise en tant que patron de la garde présidentielle.

A lire aussi: Congo-Brazzaville: le Général Norbert Dabira en garde à vue à la DGST

 

Le transfert du Général à la retraite Norbert Dabira a été décidé par le procureur de la République, André Oko Ngakala, à l’issue d’une audition lapidaire qui n'a pas duré plus d'une heure. En effet, la justice congolaise semble disposer assez d'éléments qui tendraient à prouver que Norbert Dabira est le cerveau penseur du coup d'état qui lui est imputé. Oko Ngakala devrait dans les prochains jours entendre son principal complice pour certains ou son dénonciateur pour d'autres c'est à dire le Général Ngatsé Nianga Mbouala. D'autres officiers de l'armée congolaise sont actuellement détenus à la DGST, ils sont soupçonnés d'être de mèche avec le duo Dabira - Nianga Mbouala.

Notons aussi que dans le cadre de la procédure des "Disparus du beach" Norbert Dabira est recherché par la justice française, de laquelle il s'est soustrait depuis plusieurs années En 2013, il fut notifié de sa mise en examen pour crimes contre l’humanité après une  interpellation  à Paris qui avait tourné court.

« J’ai décidé de démissionner du poste de président de la République avec effet immédiat, même si je suis en désaccord avec la direction de mon organisation », a déclaré M. Zuma lors d’une allocution retransmise en direct à la télévision. 

Cette décision qui n'a pas été facile à prendre pour le compagnon de Mandela, sonne comme un happy end pour Jacob Zuma car son parti l'ANC avait demandé publiquement son départ de la présidence sud africaine.

Conformément à la Constitution, Cyril Ramaphosa est devenu le président de la République par intérim dès la démission de Jacob Zuma. Le Parlement doit encore, dans les trente jours, l’élire formellement à ce poste. L’élection devrait, désormais, être organisée d’ici à vendredi.

Faustin Archange Touadera (Gauche) et Jean Bedel Junior MINDONGON GBOUNDOULOU / Image: DR

Le President de La Republique du Centrafrique, Faustin Archange Touadera a reçu en audience ce jeudi 8 février 2018, Jean Bedel Junior MINDONGON GBOUNDOULOU, l’héritier de l’ex-Empereur de Centrafrique, Jean Bedel BOKASSA.

Jean Bedel Junior MINDONGON GBOUNDOULOU a échangé avec Faustin Archange TOUADERA, sur la restauration du site de Bérengo par le gouvernement centrafricain. « Nous avons parlé d’une façon très chaleureuse et très constructive sur la vision positive que le Chef de l’État, a pour ce pays. J’étais fort impressionné et la discussion a été axée sur le thème de la restauration de la cité de Bérengo, qui est un projet à long terme », a déclaré Jean Bedel Junior MINDONGON GBOUNDOULOU.

 

Général Faustin Munene - Image DR

Arrêté le 10 janvier à Moanda, près de Franceville au Gabon puis renvoyé au Congo-Brazzaville précisément à Ewo (Nord) où il était assigné à résidence, le général congolais (RD) Faustin Munene, accusé de tentative de coup d'état par Kinsasha a été transféré ce mardi 6 février 2018 à Brazzaville, "pour des soins" selon les autorités congolaises; et, pour ses proches il serait en détention dans les cellules de la funeste DGST (Services des renseignements congolais).

A lire aussi: Le général Faustin Munene, arrêté au Gabon

Les autorités congolaises interrogées à propos du transferement du général Munene d'Ewo vers Brazzaville sont unanimes: "le général Munene est bel et bien à Brazzaville pour des soins. Thierry Moungalla, porte-parole du gouvernement et ministre de la communication est catégorique. « Faustin Munene reste et demeure sous notre protection... C’est un homme âgé et souffrant. Il était donc prévu qu’il soit conduit à Brazzaville pour des examens médicaux appropriés après sa tentative d’escapade au Gabon. Entre son expulsion au Congo-Brazzaville et aujourd’hui, aucun événement n’est survenu qui pourrait expliquer son arrestation », a assuré Thierry Moungala à Jeune Afrique.

Pour les proches de l'ancien chef d'état major des Forces armées congolaises, le Général Munene ne serait pas en soins à Brazzaville, car personne n'a signalé "sa présence dans un hôpital". Selon son fils Fabrice Munene interrogé par Jeune Afrique, le général Munene n'a jamais communiqué avec sa famille depuis son retour involontaire du Gabon vers le Congo, car il n'a jamais rejoint sa résidence d'Ewo.  Il avait été "conduit immédiatement dans une gendarmerie d’Ewo où il a été détenu tous ces derniers jours", soutient Fabrice Munene, pour qui, son père serait plutôt à la DGST, dans les mains du général Philippe Obara. THierry Moungalla a qualifié "d'affabulations"le fait que Munene soit détenu à la DGST.

Plus d'articles...