Articles au Top

Sébastien Migné au milieu des joeurs lors d'une séance d'entraînement. Photo DR

Football

Le sélectionneur des Diables Rouges du Congo a officiellement annoncé sa démission à la tête de la sélection congolaise. Nous publions en intégralité la lettre qu'il a adressée à ses joueurs et aux supporters. 

 

Maintenant que mon départ du Congo est officiel, j'aimerais dire au revoir aux supporters, joueurs et staff des Diables Rouges.
Quand on arrive dans une nouvelle aventure sportive, on le fait avec beaucoup d'enthousiasme, mais plusieurs circonstances m'ont amené à prendre un chemin différent pour la suite de ma carrière.
 
Aujourd'hui les conditions ne semblent plus réunies pour que je puisse continuer sereinement ma mission ici au Congo.
Mon honnêteté et mon intégrité m'ont fait pensé qu'il était préférable de cesser notre collaboration et c'est le cœur gros que j'ai pris la décision de partir.
 
Si je peux assurer une chose, c'est d'avoir toujours fait le maximum. C'est également le cas de mon fidèle adjoint Guillaume COFFY. J'ai mis toutes mes capacités au service des Diables Rouges, et ce dès le premier jour afin que nos supporters redeviennent fiers de leur Sélection Nationale.
 
J'aimerais remercier toutes les personnes qui m'ont accordé leur confiance et l'opportunité d'entraîner ce groupe, avec une pensée particulière pour Monsieur OPIMBAT.
 
Je veux également remercier les joueurs pour leur implication et leur professionnalisme malgré les difficultés rencontrées parfois. Le principal intérêt de ce métier reste pour moi la relation que l'on peut instaurer avec eux. Et je dois avouer qu'ils ont été formidables.
 
J'adresse aussi mes remerciements aux supporters qui ont pour la plupart toujours été bienveillants à mon égard.
J'aurais voulu participer plus longtemps à cette aventure CAN 2019, mais c'est malheureusement impossible.
Je souhaite bonne chance à tous les joueurs et reste persuadé de leur qualification.
Je m'en vais fier du travail accompli et heureux d'avoir modestement contribué à jeter les bases futures de cette équipe.
J'espère que vous obtiendrez de grands succès.
 
Les joueurs et les supporters le méritent.
Sportivement.
Sébastien MIGNÉ

Thievy Bifouma, titulaire du 11 congolais a quitté la sélection nationale des Diables Rouges lors du stage organisée à Amiens. IL est parti en claquant la porte et en dénonçant les pratiques amateurs des autorités sportives congolaises. Nous vous proposons l'intégralité de son interview aux Dépêches de Brazzaville.

--------------

Les Dépêches de Brazzaville (L.D.B.) : Thievy, les Diables rouges se sont entraînés, ce matin, sans toi, car tu as décidé de quitter le stage. Pour quelles raisons ?

Thievy Bifouma (T.B.): Je n’ai pas voulu cautionner cette parodie de stage. Ce regroupement d’Amiens a été organisé dans des conditions indignes du football professionnel. Pour moi, c’est un manque de respect total vis-à-vis des joueurs. Je suis international depuis presque quatre ans et je n’ai jamais vu un tel amateurisme. Mon départ n’est pas contre le staff technique qui subit comme nous cette situation, mais contre le ministère des Sports qui a organisé ce stage.

L.D.B. : Les retours font état, en vrac, d’un hôtel inapproprié (ndlr : situé en face de la gare d’Amiens), du match contre la Guinée Bissau remplacé par une opposition face à la réserve du RC Lens, des joueurs obligés de quitter le Campanile pour 24 heures… Confirmes-tu toutes ces informations ?

T.B. : Oui, tout à fait ; c’est incroyable, mais c’est vrai. Face à la gravité de la situation, je veux montrer mon désaccord et interpeller tout le monde. Les autres nations, dont nos futurs adversaires, s’entraînent sérieusement et nous, on annule notre match amical au dernier moment alors que certains pays vont en jouer deux. Non, ce n’est pas possible. Vous vous rendez-compte que le club de Jordan Massengo joue un match capital pour le maintien, vendredi soir, et que nous le retenons pour rien, puisqu’il n’y aura pas de match ?

L.D.B. : Il semblerait que l’annulation vienne de la partie congolaise. En connais-tu les raisons exactes ?

T.B. : J’ai cru comprendre qu’on a refusé de payer les frais d’organisation. C’est incroyable. Je sais que le pays traverse une crise financière, mais on parle de dix mille euros. Si on ne peut pas payer une somme comme celle-là pour préparer les éliminatoires, autant le dire et déclarer forfait. Nous voulons rejouer une CAN pour effacer les récents échecs ; pour y arriver, il faut se préparer dignement, sinon on ne pourra pas redresser la barre.

L.D.B .: Ce stage s’ajouterait à une grogne née du non-paiement des primes du match face à l’Ouganda, en novembre dernier. Est-ce vrai ?

T.B. : C’est exact, les instances nous doivent des primes. Je ne veux pas rentrer dans le détail, mais je le confirme. Le barème signé entre les joueurs et le ministère des Sports n’a pas été respecté. Certes, les accords avaient été obtenus sous la direction du ministre Opimbat, mais nous estimons qu’un changement ministériel ne remet pas en cause les conditions. Nous représentons notre pays, pas le ministre des Sports. Nous avons tous des proches au pays, nous savons que les temps sont durs et nous n’étions pas contre une discussion pour évoquer le sujet. Mais nous refusons la méthode : une décision unilatérale de la part des instances. Quand je suis venu en sélection, et je pense que c’est le cas pour plusieurs coéquipiers, c’est parce que ce genre de problèmes n’existait plus dans le football congolais.

L.D.B. : Plusieurs clubs auraient demandé à leur joueur de rentrer puisque le match amical n’a plus eu lieu.

T.B. : Oui. Franchement, pour nous, professionnels, c’est la honte vis-à-vis de nos employeurs, de nos coéquipiers. Là, ça va trop loin. Je pense aussi à la délégation qui est arrivée de Brazzaville, à qui on n’a même pas mis un bus à disposition lors de son arrivée à Roissy. Vous imaginez qu’après huit heures de vol, on les met dans le RER et dans le train avec leurs bagages et le matériel. Mais pour économiser quoi ? Quelques centaines d’euros pour affréter un bus entre Roissy et Amiens. Non, ce n’est pas possible, moi, je ne cautionne pas cela. C’est trop honteux.

L.D.B .: Cette démarche peut paraître individuelle…

T.B. : Non, vraiment, je fais cela pour le groupe. Je prends mes responsabilités pour dire tout haut ce que tout le groupe pense tout bas. On ne peut pas continuer comme cela. Personne ne veut revivre les conditions de l’avant 2012.

L.D.B .: Peut-on penser à un boycott plus général pour les prochains matchs ?

T.B. : Ce n’est pas le but. Je ne vois pas d’issue qu’une prise de conscience générale. On crève l’abcès avec ce stage, on remet les compteurs à zéro et on remet en place une organisation digne d'une sélection nationale.

L.D.B. : Pas de retour à Amiens pour toi ?

T.B .: Non. Mon club est au courant. Je suis avec un préparateur physique jusqu’à ce week-end et je rentre en Turquie.

L.D.B. : Pour finir, on a entendu parler d’un match de remplacement contre Lens, refusé par le groupe…

T.B. : Oui. J’étais déjà parti, mais le groupe a refusé. On quitte nos clubs pour jouer une sélection et finalement, on nous sort un match contre une équipe de Lens bis avec des amateurs qui vont nous attendre le couteau entre les dents. Nous ne sommes pas venus pour ça.

Propos recueillis par Camille Delourme

Tableau de marquage - Image DR

Football

Les congolais ont terminé A 4 ,dans le match retour de la ligue des champions qui les opposait au Mouloudia .Il restait 5mn de jeu ,l'arbitre arrête la partie à cause de la pluie Mouloudia mène déjà 7 -0, quand la partie reprend les congolais ne tiennent plus dans le froid et la pluie. Certains abandonnent. O'toho se retrouve à moins de 8, encaisse 2 buts...

A 2mn de la fin l'arbitre arrête le match. 9 à 0 jamais club congolais n'avait encaissé tant de buts en compétition. Victorieux à l'aller 2 buts à 0, les congolais se sont noyés. Ac Léopards lui a été éliminé au tir au but à Lomé 3-4 par Port de Lomé.

Les congolais quittant la ligue des champions mais sont sauves par La Mancha et Cara qualifiés en coude de la confédération.
La Mancha /Tanda(CI) 1-0 / Cara/Kotoko 1-0 Tab 7-6

Après avoir eu son premier enfant, la numéro 1 mondiale de tennis a déclaré forfait pour l'Open d'Australie vendredi, ce qui la positionne en 22e place mondiale.

Serena Williams estime qu'elle n'a pas atteint le niveau nécessaire après une absence de près d'un an et un accouchement en septembre dernier.

Elle avait mis fin à sa carrière l'an dernier après avoir remporté le titre en janvier 2017 alors qu'elle était déjà enceinte de quelques mois.

La championne aux 23 titres en Grand Chelem estime qu'elle a besoin de "plus de temps" pour revenir au top de sa forme.

Le Français Gaël Monfils a remporté le 7ème titre de sa carrière sur le circuit ATP de tennis en battant facilement en finale de l'Open de Doha le Russe Andrey Rublev, 6-2, 6-3, samedi.

Monfils avait bénéficié d'une wild-card. Âgé de 31 ans, Monfils, 46ème mondial, avait bénéficié d'une wild-card pour jouer ce tournoi où il était déjà arrivé trois fois en finale. Le Français avait raté la finale de la Coupe Davis et fait une pause de quatre mois en raison d'une blessure à un genou. Il a donc fait honneur à cette invitation et profité aussi, en demi-finales, du forfait de l'Autrichien Dominic Thiem, tête de série mais victime d'une forte fièvre.

Match bouclé en une heure. Arrivé reposé pour affronter Rublev, mieux classé que lui, Monfils ne lui a laissé aucune chance, en s'appuyant sur son service, et a bouclé cette finale victorieuse en une petite heure. En termes de statistiques, il en est désormais à sept titres pour 21 finales, la dernière (perdue) remontant à Eastbourne, sur gazon, en juin 2017. 

Pour en savoir plus: http://www.europe1.fr/

omé, le 08 janvier 2018- Avec le soutien du Fonds de développement du Grand Chelem (GSDF), la Fédération Internationale de Tennis (ITF) et la Confédération Africaine de Tennis (CAT) organisent à Lomé l’édition 2018 des championnats ITF/CAF de l’Afrique de l’Ouest et Centrale des jeunes (juniors) individuels et par équipes respectivement du 8 au 11 janvier et du 12 au 16 janvier à Lomé. 

Le président de la Fédération Togolaise de Tennis (FTT), Romain Tagba a expliqué l’enjeu que de cette compétition. « Les joueurs juniors d’autres nationalités désireux d’améliorer leur classement mondial y prendront également part », a indiqué le président de la FTT. 

En savoir plus sur: https://www.alwihdainfo.com/


 

Publicité