Sébastien Migné au milieu des joeurs lors d'une séance d'entraînement. Photo DR

Le sélectionneur des Diables Rouges du Congo a officiellement annoncé sa démission à la tête de la sélection congolaise. Nous publions en intégralité la lettre qu'il a adressée à ses joueurs et aux supporters. 

 

Maintenant que mon départ du Congo est officiel, j'aimerais dire au revoir aux supporters, joueurs et staff des Diables Rouges.
Quand on arrive dans une nouvelle aventure sportive, on le fait avec beaucoup d'enthousiasme, mais plusieurs circonstances m'ont amené à prendre un chemin différent pour la suite de ma carrière.
 
Aujourd'hui les conditions ne semblent plus réunies pour que je puisse continuer sereinement ma mission ici au Congo.
Mon honnêteté et mon intégrité m'ont fait pensé qu'il était préférable de cesser notre collaboration et c'est le cœur gros que j'ai pris la décision de partir.
 
Si je peux assurer une chose, c'est d'avoir toujours fait le maximum. C'est également le cas de mon fidèle adjoint Guillaume COFFY. J'ai mis toutes mes capacités au service des Diables Rouges, et ce dès le premier jour afin que nos supporters redeviennent fiers de leur Sélection Nationale.
 
J'aimerais remercier toutes les personnes qui m'ont accordé leur confiance et l'opportunité d'entraîner ce groupe, avec une pensée particulière pour Monsieur OPIMBAT.
 
Je veux également remercier les joueurs pour leur implication et leur professionnalisme malgré les difficultés rencontrées parfois. Le principal intérêt de ce métier reste pour moi la relation que l'on peut instaurer avec eux. Et je dois avouer qu'ils ont été formidables.
 
J'adresse aussi mes remerciements aux supporters qui ont pour la plupart toujours été bienveillants à mon égard.
J'aurais voulu participer plus longtemps à cette aventure CAN 2019, mais c'est malheureusement impossible.
Je souhaite bonne chance à tous les joueurs et reste persuadé de leur qualification.
Je m'en vais fier du travail accompli et heureux d'avoir modestement contribué à jeter les bases futures de cette équipe.
J'espère que vous obtiendrez de grands succès.
 
Les joueurs et les supporters le méritent.
Sportivement.
Sébastien MIGNÉ

Thievy Bifouma, titulaire du 11 congolais a quitté la sélection nationale des Diables Rouges lors du stage organisée à Amiens. IL est parti en claquant la porte et en dénonçant les pratiques amateurs des autorités sportives congolaises. Nous vous proposons l'intégralité de son interview aux Dépêches de Brazzaville.

--------------

Les Dépêches de Brazzaville (L.D.B.) : Thievy, les Diables rouges se sont entraînés, ce matin, sans toi, car tu as décidé de quitter le stage. Pour quelles raisons ?

Thievy Bifouma (T.B.): Je n’ai pas voulu cautionner cette parodie de stage. Ce regroupement d’Amiens a été organisé dans des conditions indignes du football professionnel. Pour moi, c’est un manque de respect total vis-à-vis des joueurs. Je suis international depuis presque quatre ans et je n’ai jamais vu un tel amateurisme. Mon départ n’est pas contre le staff technique qui subit comme nous cette situation, mais contre le ministère des Sports qui a organisé ce stage.

L.D.B. : Les retours font état, en vrac, d’un hôtel inapproprié (ndlr : situé en face de la gare d’Amiens), du match contre la Guinée Bissau remplacé par une opposition face à la réserve du RC Lens, des joueurs obligés de quitter le Campanile pour 24 heures… Confirmes-tu toutes ces informations ?

T.B. : Oui, tout à fait ; c’est incroyable, mais c’est vrai. Face à la gravité de la situation, je veux montrer mon désaccord et interpeller tout le monde. Les autres nations, dont nos futurs adversaires, s’entraînent sérieusement et nous, on annule notre match amical au dernier moment alors que certains pays vont en jouer deux. Non, ce n’est pas possible. Vous vous rendez-compte que le club de Jordan Massengo joue un match capital pour le maintien, vendredi soir, et que nous le retenons pour rien, puisqu’il n’y aura pas de match ?

L.D.B. : Il semblerait que l’annulation vienne de la partie congolaise. En connais-tu les raisons exactes ?

T.B. : J’ai cru comprendre qu’on a refusé de payer les frais d’organisation. C’est incroyable. Je sais que le pays traverse une crise financière, mais on parle de dix mille euros. Si on ne peut pas payer une somme comme celle-là pour préparer les éliminatoires, autant le dire et déclarer forfait. Nous voulons rejouer une CAN pour effacer les récents échecs ; pour y arriver, il faut se préparer dignement, sinon on ne pourra pas redresser la barre.

L.D.B .: Ce stage s’ajouterait à une grogne née du non-paiement des primes du match face à l’Ouganda, en novembre dernier. Est-ce vrai ?

T.B. : C’est exact, les instances nous doivent des primes. Je ne veux pas rentrer dans le détail, mais je le confirme. Le barème signé entre les joueurs et le ministère des Sports n’a pas été respecté. Certes, les accords avaient été obtenus sous la direction du ministre Opimbat, mais nous estimons qu’un changement ministériel ne remet pas en cause les conditions. Nous représentons notre pays, pas le ministre des Sports. Nous avons tous des proches au pays, nous savons que les temps sont durs et nous n’étions pas contre une discussion pour évoquer le sujet. Mais nous refusons la méthode : une décision unilatérale de la part des instances. Quand je suis venu en sélection, et je pense que c’est le cas pour plusieurs coéquipiers, c’est parce que ce genre de problèmes n’existait plus dans le football congolais.

L.D.B. : Plusieurs clubs auraient demandé à leur joueur de rentrer puisque le match amical n’a plus eu lieu.

T.B. : Oui. Franchement, pour nous, professionnels, c’est la honte vis-à-vis de nos employeurs, de nos coéquipiers. Là, ça va trop loin. Je pense aussi à la délégation qui est arrivée de Brazzaville, à qui on n’a même pas mis un bus à disposition lors de son arrivée à Roissy. Vous imaginez qu’après huit heures de vol, on les met dans le RER et dans le train avec leurs bagages et le matériel. Mais pour économiser quoi ? Quelques centaines d’euros pour affréter un bus entre Roissy et Amiens. Non, ce n’est pas possible, moi, je ne cautionne pas cela. C’est trop honteux.

L.D.B .: Cette démarche peut paraître individuelle…

T.B. : Non, vraiment, je fais cela pour le groupe. Je prends mes responsabilités pour dire tout haut ce que tout le groupe pense tout bas. On ne peut pas continuer comme cela. Personne ne veut revivre les conditions de l’avant 2012.

L.D.B .: Peut-on penser à un boycott plus général pour les prochains matchs ?

T.B. : Ce n’est pas le but. Je ne vois pas d’issue qu’une prise de conscience générale. On crève l’abcès avec ce stage, on remet les compteurs à zéro et on remet en place une organisation digne d'une sélection nationale.

L.D.B. : Pas de retour à Amiens pour toi ?

T.B .: Non. Mon club est au courant. Je suis avec un préparateur physique jusqu’à ce week-end et je rentre en Turquie.

L.D.B. : Pour finir, on a entendu parler d’un match de remplacement contre Lens, refusé par le groupe…

T.B. : Oui. J’étais déjà parti, mais le groupe a refusé. On quitte nos clubs pour jouer une sélection et finalement, on nous sort un match contre une équipe de Lens bis avec des amateurs qui vont nous attendre le couteau entre les dents. Nous ne sommes pas venus pour ça.

Propos recueillis par Camille Delourme

Barthélemey GATSONO, sélectionneur congolais

 

Alors qu'il n'était pas attendu pour atteindre ce stade de la compétition, c'est à dire les 1/4 de finale, le Congo a créé la surprise et les Diables Rouges sont désormais pris au sérieux par les bookmakers. En battant les Lions Indomptables du Cameroun et les Etalons du Burkina Faso, puis après le nul contre l'Angola, le coach congolais Bathélemy Gatsono est confiant pour la suite. 

Il s'est livré après le match nul contre l'Angola. "Nous savions pour le match contre l’Angola la rencontre devait pas être facile ,parce que l’une des deux équipes voulait s’assurer la première place et l’autre s’assurer une qualification en quarts de finale
Nous avons réussi cette mission de finir leader du groupe et de se qualifier en quart de finale", a t-il déclaré à la presse.

Les congolais sont bien conscients des efforts fournis pour arriver à ce stade de la compétition. "En venant ici nous savions que tout ne devrait pas être facile pour nous, que tout adversaire c’était préparé en conséquence et que chaque équipe qui devrait se présenter à nous, nous devions les affronter dans les principes du Jeu".

Le Congo sera face à la Libye en quart de finale, Barthelemy Gatsono, veut sans doute prendre sa revanche car la Libye a avait sorti le Congo lors de la dernière CHAN. "Parlons de la Libye nous allons affronter en quart de finale, elle reste une bonne équipe tactique avec des joueurs talentueux. Nous sommes conscients que lors du dernier CHAN elle nous a sorti alors nous menions 2-0. Il faut dire que c'était un autre groupe et une autre équipe; et je pense tous les jours ne se ressemblent pas", a déclaré l'entraîneur congolais

 

#CHAN2018 - L’attaquant Prestige Mboungou, entré en jeu à la place de Moïse Nkoukou sorti sur blessure, a été élu l’homme du match. « C’est ma première grande compétition africaine. Quand le coach m’a demandé d’entrer, je me suis engagé à faire de mon mieux pour me placer comme un probable titulaire. C’est une grande joie d’avoir été à l’origine de l’action qui nous a donné une victoire », a-t-il indiqué en conférence d’après-match.

Tableau de marquage - Image DR

Les congolais ont terminé A 4 ,dans le match retour de la ligue des champions qui les opposait au Mouloudia .Il restait 5mn de jeu ,l'arbitre arrête la partie à cause de la pluie Mouloudia mène déjà 7 -0, quand la partie reprend les congolais ne tiennent plus dans le froid et la pluie. Certains abandonnent. O'toho se retrouve à moins de 8, encaisse 2 buts...

A 2mn de la fin l'arbitre arrête le match. 9 à 0 jamais club congolais n'avait encaissé tant de buts en compétition. Victorieux à l'aller 2 buts à 0, les congolais se sont noyés. Ac Léopards lui a été éliminé au tir au but à Lomé 3-4 par Port de Lomé.

Les congolais quittant la ligue des champions mais sont sauves par La Mancha et Cara qualifiés en coude de la confédération.
La Mancha /Tanda(CI) 1-0 / Cara/Kotoko 1-0 Tab 7-6

Bersyl OBASSI, blessé à la cuisse pourrait être définitivement out pour le reste de la compétition. L'attaquant qui n'a joué à peine qu'une quinzaine de minutes lors du premier match contre le Cameroun ne s'est entraîné que légèrement. En attendant des examens médicaux qui devront fixer la cellule médicale des Diables Rouges, Bersyl à été mis au repos total.

L'attaquant congolais  Junior Makiessé est entré dans l'histoire. Buteur face aux amateurs du Cameroun (victoire 0-1 du Congo), Junior Makiessé, est devenu le premier joueur à avoir inscrit le premier but congolais en phase de poule du Championnat d’Afrique des nations, une compétition réservée aux joueurs évoluant en club sur le continent africain.

Junior Mankiessé évolue au Congo au sein du Club AC Léopard, club alors présidé par Rémy Ayayos et qui domine le championnat congolais depuis plusieurs années.

 

Plus d'articles...