Articles au Top

Grid List

Visuel de l'événement.

Tourisme

« Comment valoriser les lieux de mémoire liés à la traite négrière ? Le cas de Ouidah au Bénin et de Loango au Congo Brazzaville ». C'est la question à laquelle répondront Serge Guezo, prince de Dahomey et promoteur de plusieurs activités touristiques destinés aux Afro-descendants sur la route des esclaves du Bénin ; Gervais Loëmbe, écrivain congolais et spécialiste de la route des esclaves du Congo ; Emmanuel Gordien, président de l'association CM 98, association qui travaille à la réconciliation entre les Afro-descendants des Antilles et des Caraïbes avec l'Afrique. 

 

La 2e édition d'Africa Tourism Sharing se tiendra ce 9 février, au restaurant la Villa Maasai, près de la place de l'Opéra, à Paris. Ouidah, au Bénin, Loango au Congo et Gorée au Sénégal constituent les principaux ports d'embarquement d'esclaves du continent.  « Malheureusement, constate Guillaume Arnaud Nkouka, initiateur du projet, les trois sites ne se valent pas en termes de performance touristique ». Il explique que si Ouidah tend à rattraper son retard, notamment avec la volonté clairement affichée des nouvelles autorités béninoises de faire du tourisme une priorité, Loango est plutôt menacé par les érosions dans la plus grande indifférence.

Contact: Arnaud Guillaume Kouka +336 01 84 47 65

Restaurant la Villa Maasai /Participation aux frais

9, Bld des Italiens

75002 Paris

Madrid accueillera le 18 janvier courant la neuvième édition du Forum des investissements et des affaires touristiques pour l’Afrique (INVESTOUR), une initiative conjointe de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), IFEMA/FITUR et de Casa Africa. 


Organisé chaque année dans le cadre de la Foire internationale du tourisme (FITUR), un des plus importants Salons touristiques au monde, avec plus de 240.000 visiteurs, 200 ministres et autorités et 165 pays représentés, cet important rendez-vous est une plateforme originale de mise en relation d’entreprises touristiques d’Afrique, d’Europe et du reste du monde.  


L’événement, qui se déroulera à la Foire internationale du tourisme de la capitale espagnole, promeut le tourisme durable en Afrique, facilite la rencontre et le dialogue entre les représentants du tourisme africain, les investisseurs et les partenaires internationaux potentiels, offrant de nouvelles opportunités commerciales et de coopération, selon les organisateurs. 
Le forum qui réunit les acteurs du tourisme africains, espagnols et, depuis 2015, également internationaux, «est soutenu par les principaux blocs commerciaux africains, ainsi que par les associations du secteur privé et les institutions publiques du secteur du tourisme», indiquent ces derniers.  


Dans une note déclinant le programme de cette nouvelle édition,  il est précisé que ce rendez-vous «sert de plate-forme pour que les secteurs public et privé explorent des approches novatrices pour accroître les investissements dans le secteur du tourisme et les différents domaines de la chaîne de valeur touristique : infrastructures et construction, énergies renouvelables, accès à l’eau, gestion des déchets, communication et technologies, culture, loisirs et bien-être, etc.». 

BUJUMBURA, 8 janvier (Xinhua) -- Le Burundi accueillera en mars prochain le concours de "Miss East Africa" édition 2018 qui primera "la plus belle et intelligente fille" de la Communauté est-africaine (CEA), qui regroupe à ce jour six Etats : Kenya, Tanzanie, Ouganda, Burundi, Rwanda et Soudan du Sud.

Dans un point de presse tenu lundi à Bujumbura, Alain-Blaise Kubwimana, chargé de communication au sein d'une ONG burundaise connue sous la dénomination anglaise de "Miss Burundi and Events", a précisé que ces assises régionales artistiques et culturelles organisées en partenariat avec le ministère burundais à la présidence chargé des Affaires de la Communauté est-africaine, ont convergé sur un thème central ainsi libellé : "Éduquer une jeune fille à la paix, c'est construire un pays sûr pour tous".

Cet événement, a-t-il expliqué, qui revêt une importance capitale en termes de dimension culturel et touristique, mettra en compétition 18 jeunes filles au total, soit trois filles qui représenteront chacun des six pays composant la CEA.

Jusqu'au 20 décembre dernier, le nombre de touristes ayant mis le cap en Tunisie s'élève à 6.731.565, soit une hausse de 23% par rapport à la même période de 2016, dont 18.361 touristes chinois, a révélé mardi à Xinhua une source auprès du gouvernement tunisien.

Pendant cette période, les recettes touristiques ont atteint 1.116 millions de dollars, en croissance de 3% en comparaison avec la même période de l'année dernière.

Selon cette source, le nombre des nuitées est à 21,25 millions, l'équivalent d'une progression de 22,3%.

L'île de Djerba, située dans le sud-est du pays, vient en haut du tableau avec 4,66 millions de nuitées, soit une hausse de 14,4% suivie par Sousse, principale province balnéaire sur la côte-est du pays, avec 4,08 millions de nuitées en croissance de 24,7%.

Le Maghreb arabe dont Algérie, Maroc, Libye et Mauritanie se classe en première position au titre de nombre de touristes ayant visité la Tunisie avec 3.666.941 touristes, soit une remarquable hausse de 30,8%,

L'Union européenne (UE) vient en seconde position avec un total 1.664.556 touristes, enregistrant une progression de 19,5%.

RABAT, 8 janvier (Xinhua) -- Avec une progression de +10% des arrivées de touristes aux postes frontières à fin novembre 2017, l'activité touristique a maintenu la cadence de croissance soutenue entamée depuis le début de l'année, selon le ministère marocain du Tourisme, du Transport aérien, de l'Artisanat et de l'Economie sociale.

Les principaux marchés émetteurs du royaume continuent d'afficher des progressions importantes, en particulier, l'Allemagne (+15%), les Pays-Bas (9%), l'Espagne (+8%) et l'Italie (+9%). Par ailleurs, les marchés touristiques émergents pour le Maroc maintiennent leur trend haussier : +173% pour la Chine, +39% pour le Japon, +28% pour la Corée du Sud, +30% pour les États-Unis et +57% pour le Brésil, a indiqué le ministère dans un communiqué sur les statistiques du tourisme marocain.

Quant aux nuitées réalisées par les établissements d'hébergement touristique classés, elles ont connu une forte croissance de +15% par rapport à fin novembre 2017 (+18% pour les touristes non résidents et +8% pour les résidents).

Cette hausse des nuitées a concerné toutes les destinations du royaume. Les recettes touristiques en devises ont atteint 6,89 milliards de dollars à fin novembre 2017, enregistrant ainsi une progression de +6,6% par rapport à la même période de l'année écoulée.

La ville de Marrakech (sud du pays) franchit la barre des 2 millions de touristes accueillis en une année. Le bon comportement du secteur en 2017 a permis aux opérateurs de la ville ocre d'enregistrer plus de 7 millions de nuitées, ce qui constitue également un record. Selon les chiffres du Centre régional du tourisme (CRT) de Marrakech, la cité ocre a enregistré une croissance de 20% des arrivées en 2017 et de 18% des nuitées, ce qui lui a permis d'améliorer le taux d'occupation de 4 points pour passer à 56%.

"La dynamique de croissance qui a démarré au début de l'année et s'est accélérée en novembre dernier laisse penser que l'année 2017 a été exceptionnelle, car pour la première fois de leur histoire, les hôtels de la ville affichaient tous complets pendant les 3 derniers jours avant le nouvel an", a déclaré Abdellatif Abouricha, porte-parole du CRT de Marrakech.

Selon lui, ces excellents résultats s'expliquent par plusieurs facteurs, mais surtout par l'explosion des dessertes aériennes de la ville qui sont passées de 245 vols hebdomadaires à 361, entre 2016 et 2017. "Si cette tendance se poursuit, nous atteindrons 2,7 millions d'arrivées en 2018. Mais, pour aller au-delà, il faudra concrétiser l'objectif de 630 vols par semaine soit presque le double d'aujourd'hui", a précisé M. Abouricha.

Afin d'atteindre des chiffres d'arrivées comme les îles Canaries voisines du Maroc (8 millions), Marrakech veut diversifier son offre touristique en se positionnant en destination médicale, golfique, en se centrant sur l'événementiel, les seniors et les touristes d'aventure...

Pour sa part, le pôle touristique d'Agadir (sud-ouest du pays) a enregistré une augmentation de +12%. La ville d'Agadir a connu un remplissage optimal avec des arrivées massives d'Allemands, de Russes et de Marocains. Également, les autres destinations ont affiché des bonnes performances, en particulier, les villes de Fès (centre) et Tanger (nord du Maroc) avec des hausses respectives de +39% et +26%.

A l'échelle mondiale, le Maroc arrive à la 29e place et rêve de se hisser à la 20e place à l'horizon 2020. Avec la mise en oeuvre du programme baptisé vision 2020, le royaume ambitionne d'atteindre 20 millions de touristes à l'horizon 2020.

BUJUMBURA, 8 janvier (Xinhua) -- Le Burundi va adopter le visa touristique unique de la Communauté Est-Africaine (CEA) avant décembre 2018, a déclaré lundi à Bujumbura Mme Isabelle Ndahayo, ministre burundaise à la Présidence chargée des Affaires de la CEA.

Au cours d'une conférence de presse consacrée à la présentation du bilan des activités de son ministère pour l'exercice 2017 et l'annonce des perspectives 2018, elle a estimé que l'opérationnalisation de ce visa unique au Burundi "va ouvrir aux Burundais un boulevard de voyager librement dans l'espace régional couvert par la CEA, mais contribuera aussi à booster les recettes touristiques dans le pays".

Avec cette réforme envisagée, le Burundi espère que les recettes touristiques nationales pourraient passer de cinq millions de dollars américains(USD) en 2018 à plus de 50 millions USD à l'horizon 2020, a dit Mme Ndahayo.

Elle a indiqué que le Burundi rejoindrait trois autres pays membres de la CEA, dont l'Ouganda, le Kenya et le Rwanda qui avaient adopté le visa unique de la CEA depuis 2014.

"Quand Jean-Louis m'a proposé de devenir le parrain, j'ai tout de suite accepté".

Jean-Marie Bigard avait retiré sa casquette d'humoriste ce matin pour celle de l'enfant fan de rallye-raid. Il a bien sûr commencé par défendre son association "bouchons d'amour" qui collecte les bouchons des bouteilles en plastique afin de les revendre au profit d'infrastructures scolaires en Afrique. "L'Africa Eco Race va me ramener un camion entier de bouchons ! Le meilleur moyen de faire du recyclage et de construire de nouvelles écoles." Le comédien était là pour la bonne cause mais également pour vivre un rêve lui qui adore les camions de course : "j'ai rencontré Gérard De Rooy (vainqueur du Dakar), je suis impressionné !"

Pendant 2 heures, Jean-Marie Bigard a vu défiler tous les participants un par un pour son plus grand bonheur.

35 pilotes en motos, 110 en voitures et 34 en camions vont traverser le Maroc et la Mauritanie avant de rejoindre la ligne d'arrivée au bord du Lac Rose au Sénégal le dimanche 14 janvier. Ils seront 91 à prendre part à la course dont 34 motos, 1 quad, 35 voitures, 9 SSV et 12 camions. Le tout sous 27 nationalités différentes. Tous étaient à la fois excités et émus avant de prendre le départ, derniers instants pour dire au revoir à la famille et aux amis, quelques photos et c'est parti, direction le port de Sète pour prendre le bateau. Les sourires remplissaient tous les véhicules, la fierté de prendre part à une telle aventure s'est bien faite ressentir.

La Tanzanie va procéder à un recensement de tous les hippopotames et crocodiles du pays, afin de renforcer ses mesures de protection de la faune sauvage, a déclaré mercredi un haut responsable.

Cette décision survient après plusieurs rapports indiquant que les braconniers s'en prennent maintenant aux animaux pour leurs dents, qui bénéficient d'un marché très lucratif en Asie.

Simon Mduma, directeur général de l'Institut de recherche sur la faune sauvage de Tanzanie, a déclaré dans une interview que le recensement des populations d'hippopotames et de crocodiles se ferait entre juillet et août 2018.

Les fonds nécessaires ont déjà été sollicités, et son institut se lancera dans cette entreprise pendant la saison sèche, a-t-il précisé.

"Malheureusement, l'an dernier, les bailleurs nous ont transmis les fonds alors que la saison sèche était déjà finie. Le recensement a été un échec, dans la mesure où il doit principalement se faire dans des rivières, et implique également des observations aériennes et terrestres", a-t-il déclaré.

Selon M. Mduma, ce chantier devrait durer un mois, et commencera avec les hippopotames et les crocodiles des parcs nationaux et des réserves de chasse du sud de la Tanzanie. Il impliquera la participation d'experts des Parcs nationaux de Tanzanie et de l'Autorité tanzanienne de gestion de la faune sauvage.

Un grimpeur japonais et son guide sont morts lors du nouvel an en descendant les pentes de la Montagne de la Table qui surplombe Le Cap, en Afrique du sud. 


 

Publicité